Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation

Qu'est-ce que le modèle SFM ?

SFM ou Success Factor Modeling, qui a bien sûr des racines dans la PNL, est issu de l’étude des pratiques d’affaires performantes et aussi de l’utilisation des outils comportementaux pour obtenir cette performance. Ce travail de modélisation cherche à faire grandir les trois positions de perception : a) le créateur en lui permettant son propre développement personnel, b) les relations par de meilleures compétences interactionnelles, c) l’entreprise et son marché, et à travers tout cela faire une différence dans le monde. C’est donc une démarche dans laquelle les trois positions de perception sont gagnantes : soi, autres, l’environnement.

Dans cette démarche, il n’est plus question de cloisonner vie personnelle et professionnelle ou sociale, familiale. Dans le SFM on réunit des éléments bien souvent séparés. La génération Y ne comprend d’ailleurs pas cette question d’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle car pour eux la vie et le travail vont de pair, et cela devrait en être ainsi. Il n’est alors question que de travail ou de repos.

Le travail sur la Modélisation des Facteurs de Succès a débuté par une collaboration avec John Dilts, le jeune frère de Robert malheureusement décédé il y a 6 ans. John, un financier et juriste travaillait avec des « Angels investors » et il avait noté que ces derniers sélectionnaient leurs investissements sur des critères non financiers et étaient en mesure de prédire les projets qui allaient réussir ou pas. La force de la vision et de la passion était un critère bien plus important que la solidité des prévisions budgétaires. John et Robert ont donc commencé à rechercher ces facteurs prédictifs de réussite, au-delà du seul plan financier, en se posant la question clé au cœur de toute modélisation PNL : « quelle sont les différences qui font la différence ? »

Le cercle du succès de Robert Dilts

SFM R.DILTS JLMLe cercle du succès est un modèle qui permet de voir comment les caractéristiques d’un état d’esprit peuvent être en lien avec des actions qui vont produire des résultats et créer une entreprise durable qui grandit de façon saine et satisfaisante. Ce cercle a un centre et quatre quadrants, et de ce centre, il y a des flèches qui vont vers l’extérieur.

La passion ou la source de votre énergie (le soi ou votre identité)

Au centre se trouve l’identité (le Soi) donc une composante fondamentale d’un « état d’esprit passionné ». La passion est ce que vous ressentez dans votre corps, ce que vous aimez faire, ce qui vous fait vivre, ce qui vous apporte le sentiment d’être vivant. Et la passion, c’est ce qu’on aime faire même en dehors de toute rémunération.

Sans passion, il vous manque le carburant pour entreprendre affronter les difficultés et les risques. Vivre sa passion procure un sentiment de satisfaction personnelle de vivre son rêve et sa vie et pas celle de quelqu’un d’autre » Steve Jobs disait « votre temps sur cette terre est limité, donc ne le gaspillez pas en vivant la vie de quelqu’un d’autre, ne soyez pas enfermé dans le dogme, qui représente les conséquences de la pensée d’autrui. Ne laissez pas le brouhaha des opinions des autres noyer votre propre voix, et surtout ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition ». Steve Jobs invite à ne pas suivre uniquement votre esprit linéaire, rationnel et logique, mais votre cœur et votre intuition car ces derniers savent déjà ce que vous voulez devenir.

La vision de ce que vous voulez améliorer ou changer (client, marché, produit)

La vision est ce que vous voyez en vous et dans le Holon plus grand que vous. La vision est en rapport avec ce que demandait Steve Jobs « Qu’est-ce qui peut être amélioré, aller mieux, être transformé ? » Considérer le monde à partir de cette passion donne envie de changer ou d’améliorer quelque chose, apporter des solutions là où les choses ont besoin d’aller mieux. Donc il convient de vivre sa passion et de regarder à travers les filtres de cette passion où il est possible d’amener du changement dans le monde, ce qui va devenir votre vision. La vision est en lien avec les individus (public, prospects, clients) qui pourront bénéficier d’un produit ou service qui est l’expression de votre passion. Dans son propre travail et sa vie, Robert Dilts a fait briller sa passion, faire grandir les individus et les organisations, dans de nombreux domaines ou marchés. Ses 25 livres, certains parlent d’entrepreneuriat, d’autres d’éducation, de la santé, le coaching, le développement personnel.

La mission ou le sentiment de contribution (les membres de votre équipe)

La mission est ce qui me connecte à la vision, cette chose plus grande que moi, et ce que je fais pour réaliser la vision. En faisant briller votre passion vers le quadrant du bas à gauche, vous donnez forme à votre mission, c’est-à-dire votre contribution personnelle ou celle d’une équipe à la réalisation de votre vision. Cette mission est en lien avec votre excellence personnelle ou celle de ceux qui vont travailler avec vous à la réalisation de votre vision, ou à l’alignement de certaines compétences ou talents.

L’ambition ou la préservation des ressources (parties prenantes, investisseurs)

L’ambition concerne les résultats obtenus en réalisant la vision et en mettant en œuvre la mission, et qui vont impacter ma propre vie ou celle de ceux qui ont pris des risques. Par exemple une solidité financière, une position sur un marché, un profit, un statut, une reconnaissance, un produit innovant…etc. Ce quadrant concerne les parties prenantes qui détiennent les ressources essentielles à la production des résultats souhaités. Pour une entreprise, les parties prenantes sont avant tout les investisseurs.

Le rôle (partenaires, alliances)

Le rôle est le type de personne que je souhaite devenir et les partenariats dont j’ai besoin pour avoir un effet de démultiplication et établir des synergies. Le rôle définit la personne que voulez être en réalisant votre vision et votre ambition. Par exemple un formateur, un coach, un innovateur, un explorateur, un découvreur, un connecteur…etc. Ce rôle est souvent exprimé sous forme de métaphore. Un rôle défini les actions auxquelles s’associer et en même temps les frontières et limites de ces actions. La définition du rôle va donc permettre de préciser les relations gagnantes à construire avec des partenaires pour innover, réaliser, démultiplier les ressources et réaliser au mieux vision, mission et ambition.

Ce cercle de succès intègre donc un certain nombre de personnes : moi-même en tant qu’entrepreneur ou porteur de projet, mes clients et prospects, mon équipe, mes actionnaires et ceux qui me soutiennent, et mes partenaires. Et avec la modélisation des facteurs de succès, on regarde comment tous ces éléments du cercle s’agencent de façon harmonieuse pour être tous gagnants. Un des points important est cet équilibre entre les deux parties du cercle : à droite un hémi cercle centré sur soi et les besoins de l’égo (ambition et rôle), et à gauche un hémi cercle centré sur le monde extérieur et ce qu’on désire y apporter (vision et mission).