Nous contacter

78 avenue du Général Michel Bizot
75012 PARIS

Nous appeler

Pourquoi le monde est-il plus « Complexe » ?

Le monde professionnel aujourd’hui est souvent caractérisé par l’acronyme VUCA (VICA en français pour Volatile Incertain Complexe et Ambigu).

Si nous nous concentrons sur la complexité au regard de la 3ème compétences du futur (voir article 1), d’où provient-elle ?

Nous pouvons identifier trois axes de complexification du monde :

  1. Du fait de la densité des interactions électroniques, il y a de plus en plus d’acteurs impliqué dans une même décision.  Les résultats d’une décision ou d’un projet se font aussi sentir chez plus de personnes.
  2. Il y a de plus en plus de règles et de contraintes liées à une décision ou un projet.  Un dirigeant ou un responsable doit faire face à des contraintes croissantes tant en interne (règles de sécurité, règles RH, règles cybersécurité, règles RSE, …) qu’en externe (règles locales, régionales, nationales, européennes, internationales)
  3. Les problèmes ont souvent des causes multiples concomitantes.  L’interaction de plusieurs petites causes diffuses apparaissant au même moment crée un problème beaucoup plus complexe que s’il était dû à une ou deux causes bien identifiables.

La pandémie qui règne depuis 18 mois sur notre population humaine est un parfait exemple de ces trois axes de complexification

  • Le nombre de personnes traversant de grandes distances à augmenté de manière exponantielle et certaines zones urbaines sont extrêmement denses renforçant les contacts entre les porteurs du virus
  • Les stratégies locales, régionales, nationales et internationales diffèrent et les stratégies de résolution ne sont pas standardisées, cela crée des vitesses variables dans la lutte contre la pandémie
  • Les raisons pour lesquelles cette pandémie est difficile à endiguer sont multiples.  L’apparition même de la pandémie est le résultat de petites causes indétectables au départ.  Ceci rend la tâche difficile pour se prémunir d’une nouvelle pandémie par un autre virus par exemple.

En quoi l’Intelligence collective peut-elle contribuer à résoudre des problèmes complexes ?

L’intelligence collective ou intelligence d’un collectif est la résultante de toutes les interactions entre les personnes d’un système/groupe. Elle dépend de la qualité des interactions plus que de l’intelligence individuelle.

Vous pouvez avoir un groupe d’experts très intelligents limité par un niveau de communication très pauvre voire par des débats futiles entre experts, voire même par des conflits.  La résultante, la capacité à résoudre des problèmes complexes risque d’être faible et se résumer à la mise en place d’une idée portée par une ou deux personnes du collectif.

Or, pour aborder la complexité dans ses trois axes, il faut une intelligence complexe capable de pallier au biais cognitifs, au parti-pris, à la pensée convergente des individus isolés. Si nous avons des idées différentes d’un problème, c’est en partageant nos divergences avec respect et écoute que nous pourrons enrichir notre compréhension de ce problème et faire émerger une idée, une tactique, une stratégie complètement nouvelle pour les individus.

La contribution d’approches différentes permet d’aborder la multiplicité des contraintes, causes et possibilités d’une situation avec plus de richesse.

Conclusion

Derrière la compétence « résoudre des problèmes complexes » se « cache » la capacité des êtres humains à cocréer des solutions innovantes, émergentes en capitalisant sur les différences et les divergences.

Nous nous inscrivons dans ce développement sociétal

Par le biais de nos formations à la facilitation de l’Intelligence Collective : MOOC + SFM2 + Leadership de l’IC + boîte à outil + IC créative

Présentation de Faciliter la collaboration générative – SFM2 le vendredi 10 septembre 12h30 :


Consultant, Coach, Formateur en Leadership, Intelligence collective et entrepreneuriat. Ingénieur Chimiste. Après un parcours dans la consultance technologique, il devient consultant interne en développement des compétences avant de cofonder la société Egregoria. Maître Praticien PNL (Robert Dilts et Judith Delozier, NLPU) et formé à l’Analyse Transactionnelle, à l’Approche Systémique, à la gestalt et à diverses approches psychocorporelles. Il est 6ème Dan d’Aïkido et intègre les bénéfices de sa pratique dans son approche des leaders et des organisations. Michaël a été formé en tant que Formateur en PNL par Robert Dilts et Judith Delozier (NLPU). Michaël accompagne les organisations dans le développement de l’intelligence collective par un changement de posture des dirigeants. Il a développé une véritable expertise dans la pédagogie active et l’apprentissage actif en ligne. Il accompagne les projets de digitalisation de la formation en tant que technopédagogue.