Nous contacter

78 avenue du Général Michel Bizot
75012 PARIS

Nous appeler

Le travail occupe une place importante dans nos vies, ne serait-ce que par le temps qu’on y consacre. Ceux qui ont la possibilité d’exercer un métier qui leur plait et surtout de le faire dans un cadre qui soit à la fois enrichissant et valorisant jouissent de conditions idéales.

La satisfaction au travail repose sur la combinaison de différents paramètres en un équilibre subtil que chacun recherche et aspire naturellement à maintenir dès lors qu’il existe. Cette aspiration légitime se heurte aujourd’hui en entreprise à des mutations technologiques organisationnelles et culturelles qui impactent tous les métiers.

L’émergence de l’ère numérique, des nouvelles technologies, l’avènement de l’intelligence artificielle, de nouveaux mode de management et de conditions de travail bouleverse les repères et génère une instabilité qui plonge bon nombre de salariés dans l’insécurité. 

La rapidité, la nature, le sens des changements qui s’imposent à tout un chacun dans  son activité suppose une remise en question régulière et une grande capacité de renouvellement. Il faut sortir de sa “zone de confort” et s’adapter.

Plus que jamais le changement est permanent. La notion de projet professionnel, considérée depuis longtemps comme élément stable et permanent servant de guide sur le parcours doit s’envisager désormais dans une logique dynamique et évolutive.

Le rapport au travail doit aujourd’hui être vu sous l’angle de la mobilité, de l’agilité, de la flexibilité, du rebond. Les métiers se transforment, certains disparaissent, d’autres apparaissent, comme c’est le cas pour les entreprises. Il se dit que 80 % des métiers qui s’exerceront dans 10 ans n’existent pas encore …

La stabilité de l’emploi , ainsi que les conditions d’exercice et les pratiques d’un métier ne sont plus de acquis. Les cycles de changement à venir seront courts, nombreux et imprévisibles. Le projet professionnel, gage de satisfaction et d’épanouissement dans l’emploi aura lui aussi une durée de vie courte.

Cet état de fait, s’il est vécu passivement,  a un impact  sur ce qui fonde le plaisir au travail, la motivation, le sentiment de compétence des salariés et sur leurs implication professionnelle. Cette situation peut conduire à un état d’anxiété, de mal être, de souffrance, avec son  corollaire pathologique (dépression, burn-out) ou générer une prise de conscience qui conduise à se mobiliser pour anticiper le changement.

Ceci peut avoir plusieurs effets :

  • Donner l’envie de s’adapter, d’évoluer, d’acquérir des compétences complémentaires
  • Provoquer le besoin de changer, de se reconvertir, de se renouveler.
  • Rendre nécessaire une démarche de repositionnement dans son rapport au travail

Dans  tous les cas il convient d’élaborer un projet professionnel, ce qui s’avère être une démarche moins simple à réaliser seul qu’il n’y paraît,  tant l’enjeu est important et la prise de décision complexe.

De plus, le salarié peut traverser une période de doute, de  perte de confiance en soi, vivre un état d’anxiété quant à son devenir professionnel, être fragilisé de par les épreuves traversées, avoir du mal à se projeter. Dans ces conditions, il y a un risque de perte d’objectivité sur  ses compétences, son potentiel, sur la capacité à explorer  le champ des possibles, sur ce qu’il convient de faire pour avoir un emploi satisfaisant.

La capacité d’élaborer son projet professionnel, de le faire évoluer en réponse au turbulences du monde du travail devient cruciale.

Pour élaborer un projet professionnel réaliste, réalisable et attractif, la personne devra être capable d’une réflexivité sur ses pratiques métier, d’avoir une compréhension claire et actualisée de ses motivations ainsi que des valeurs qui l’anime au travail.

Elle devra avoir hiérarchisé ses priorités de vie, analysé ses contraintes, étudié les choix potentiellement attractifs, vérifié la faisabilité, identifié les compétences à acquérir ou à renforcer, connaître ses droits, étudié un plan de financement de formation, finalisé un plan d’action, être autonome dans sa mise en application.

Cela demande du temps, de la persévérance, de la méthode, des démarches actives.

Pour ces raisons, il est indispensable de travailler avec un tiers neutre, compétent, dans ce type d’accompagnement, un « conseiller en projet professionnel » qui saura mobiliser la personne pour lui permettre de cheminer vers une prise de décision éclairée qui constituera le meilleur choix pour elle.

La fonction d’accompagnement au projet professionnel connaît un véritable essor sur un marché en plein développement, porté par la loi de 2019 sur « la liberté de choisir son avenir professionnel » qui promeut le « conseil en évolution professionnelle » (CEP) et un accès fluide à la formation à travers le CPF.


L’institut Repère propose un parcours de 12 jours “Conseiller en Evolution Professionnelle” pour former des acteurs reconnus dans ce type d’accompagnement. Réparti sur 6 mois, il est constitué de  2 parties complémentaires :

Notre approche intègre les derniers développements de la PNL  3eme génération ainsi que l’approche systémique. La pédagogie est active, centrée sur l’expérience, les participant expérimentent chaque apport dans leur situation personnelle afin de vivre le parcours « de l’intérieur » et ainsi de l’intégrer . Chaque participant bénéficie d’une supervision pour la réalisation de leur premier accompagnement.

Cette formation dispensées à raison de 2 jours par mois s’adresse à toutes personne souhaitant se consacrer à l’accompagnement au projet professionnel, à temps complet ou en parallèle d’une autre activité, au sein d’un cabinet conseil ou d’un centre de bilan de compétences, en interne au sein d’un service RH ou en indépendant.

Cette fonction d’avenir est en train de devenir un véritable métier à part entière.

Share: