Nous contacter

78 avenue du Général Michel Bizot
75012 PARIS

Nous appeler

Qu’est-ce que la supervision de coaching ?

Nous sommes tous soumis à un mécanisme biologique qu’on appelle le « biais cognitif ». Ce biais est utile dans la vie de tous les jours car il nous permet de ne pas devoir redécouvrir notre environnement à chaque instant. Le biais cognitif fonctionne comme un filtre qui cherche à renforcer ce que vous savez déjà.  Des expressions comme « je le savais » ou « j’en étais sûr » en sont des manifestations communes.

Le coach accompagne ses clients pour les aider à dépasser, entre autres, leurs biais cognitifs. Mais, qui accompagne le coach ?

Sans accompagnement, le coach risque de passer à côté de certaines informations, de rentrer dans des schémas répétitifs, de proposer des explorations qui ne sont pas en lien avec le cœur de la demande, …

Une supervision permet au coach de se conscientiser de ses raccourcis de pensées, de la qualité de ses relations avec les clients, de voir au-delà des zones floues de la conscience, de stimuler l’autoréflexion et l’autocontrôle.

Les séances de supervision se déroulent comme une séance de coaching classique.

Quelles sont les stratégies gagnantes en matière de supervision de coaching ?

Il y a trois grandes stratégies pour une supervision efficace.

  1. Choisir un superviseur qui n’a pas la même approche méthodologique que vous
    En effet, si vous parlez à quelqu’un qui possède des biais cognitifs similaires, vous aurez moins de probabilité d’identifier et de transformer une zone aveugle.
  2. Choisir un superviseur qui a une personnalité très différente
    Un superviseur est un modèle pour le coach. Sans rentrer dans un phénomène de transfert, les compétences du superviseur ont une influence sur le coach et celui-ci peut modéliser certaines approches en plus d’en apprécier les bénéfices.
  3. Choisir différents superviseurs en fonction des besoins de la situation
    S’il est normal d’avoir un superviseur principal qui a une vue plus globale des sujets abordés et peu donner une forme de perspective au coach, certaines situations peuvent être abordées avec d’autres superviseurs qui vont apporter un accompagnement spécifique à l’expérience ou à la problématique amenée par le coach.  

Que choisir entre une supervision individuelle ou une supervision de groupe ?

Les deux modalités sont intéressantes. Si la supervision individuelle apporte un accompagnement sur mesure et une richesse relationnelle plus importante, la supervision de groupe permet de découvrir d’autres cartes du monde chez les autres coachs et les cas de l’un peuvent servir à d’autres.

Conclusion : La supervision est une des manières pour le coach de se maintenir dans sa zone d’excellence

La supervision est une manière de se poser et de mener une analyse réflexive de sa pratique. Cette démarche permet de transformer ses limites en voie de développement ou en frontières.  Elle renforce la compétence du coach par le contact avec d’autres modèles ou approches.

En savoir plus sur la supervision de coach de l’Institut Repère.
Retrouvez également notre formation coaching.


Consultant, Coach, Formateur en Leadership, Intelligence collective et entrepreneuriat. Ingénieur Chimiste. Après un parcours dans la consultance technologique, il devient consultant interne en développement des compétences avant de cofonder la société Egregoria. Maître Praticien PNL (Robert Dilts et Judith Delozier, NLPU) et formé à l’Analyse Transactionnelle, à l’Approche Systémique, à la gestalt et à diverses approches psychocorporelles. Il est 6ème Dan d’Aïkido et intègre les bénéfices de sa pratique dans son approche des leaders et des organisations. Michaël a été formé en tant que Formateur en PNL par Robert Dilts et Judith Delozier (NLPU). Michaël accompagne les organisations dans le développement de l’intelligence collective par un changement de posture des dirigeants. Il a développé une véritable expertise dans la pédagogie active et l’apprentissage actif en ligne. Il accompagne les projets de digitalisation de la formation en tant que technopédagogue.