Nous contacter

78 avenue du Général Michel Bizot
75012 PARIS

Nous appeler

Deux étapes d’un même parcours d’évolution de la conscience, par Jean Luc Monsempès

Deux questions reviennent fréquemment à propos des formations PNL : a) quelles sont les différences majeures entre les enseignements du praticien PNL et ceux du maître praticien PNL, et, b) quels sont les bénéfices des apprentissages d’un maître praticien PNL en particulier pour une activité professionnelle de formateur, de coach, de consultant, de manager…etc. ? La formation PNL représente déjà une grande et heureuse découverte pour la plupart des stagiaires. Alors pour qu’elles raisons aller plus loin ? Le prix peut certainement être un obstacle majeur, de même que la difficulté à se représenter le contenu et les bénéfices d’une formation de maître praticien PNL. C’est donc l’occasion de clarifier le contenu d’un maître praticien PNL, et comme la PNL est l’art de faire des distinctions, nous allons mettre en parallèle le contenu de ces deux formations PNL. Comme nous allons le voir les points de différence sont bien plus nombreux que les points de similitude. Cet article explique les critères sur lesquels il est possible de distinguer les deux niveaux de formation, puis d’expliquer les outils et bénéfices propres à chaque niveau.

L’expérience transformative de la PNL

S’il fallait donner la raison première du succès des formations PNL, j’évoquerais sans hésiter le fait que la PNL propose bien plus une expérience qu’un savoir. En sciences humaines, de nombreuses approches de développement personnel et professionnel reposent sur la compréhension d’une théorie ou d’un modèle en science. Mais comprendre ne suffit pas à changer, car comme le dit un proverbe Bantou, « Tant que le savoir n’est pas rentré dans les muscle, il reste au stade de la rumeur ». Le principe des formations PNL repose sur un savoir, celui d’une démarche à suivre pour expérimenter concrètement ce qui vient d’être appris. Il n’y a pas d’apprentissage de la PNL sans une mise en pratique et une vérification somatique et comportementale des acquis. Les apprentissages purement cognitifs ont une durée de vie fort limitée, alors que les apprentissages par l’expérience vous accompagneront tout au long de votre vie. La PNL est une expérience conçue pour vous permettre de choisir vos états de bien-être mental, émotionnel et physique, modifier ou adopter les comportements souhaités. La PNL est une technologie pragmatique conçue pour fonctionner et produire les résultats souhaités aux différents niveaux de processus d’une expérience : apprendre à faire, apprendre à savoir faire, apprendre à avoir envie et oser faire, apprendre à être la personne que vous voulez être. Par les différents types de changement qu’elle propose et les technologies adaptées (corrections, adaptations, évolutions…etc.), la PNL est transformative. Du fait de la nature écologique de ces changements, et du cadre éthique dans lequel ces changements s’inscrivent, les transformations sont durables et ont le potentiel à vous accompagner tout au long de votre vie.

Enrichir nos cartes mentales de nouveaux choix

La PNL est une forme de « haute technologie » de la communication interpersonnelle, de l’apprentissage et du changement humain, au service de la réalisation des buts que les humains se fixent. Ce n’est pas une technologie explicative comme le font les neurosciences, mais c’est une technologie conçue pour être opérationnelle dans la réalisation de vos buts. Donc la PNL commence par la détermination d’un but, puis par la définition des moyens d’y parvenir. Ce qui signifie que pour réussir quelque chose, vous avez besoin d’avoir une idée assez claire du résultat souhaité, puis de définir les étapes pour y arriver ou les obstacles à dépasser. La vie est un long voyage dont la réussite dépend de la pertinence des cartes mentales qui vont guider vos pas. Votre carte est pertinente si elle vous donne d’une part la direction à suivre pour réaliser vos objectifs ou buts de vie, et si elle vous propose suffisamment de choix et d’options pour trouver les ressources nécessaires ou dépasser les obstacles qui peuvent se présenter.

Par les apprentissages qu’elle vous propose, les formations PNL vous aident à élargir vos cartes mentales (ou niveaux de conscience), étapes par étapes, expériences par expériences. Cet élargissement fait apparaître de nouveaux buts, de nouvelles destinations, dont certaines étaient auparavant en dehors de votre imagination, de nouveaux obstacles et de nouvelles ressources. Dans leur premier ouvrage, « Structure de la magie », J. Grinder et R. Bandler disaient que la souffrance humaine à pour source le sentiment de blocage dans la réalisation des buts de vie, du fait de la présence d’une carte mentale « appauvrie ». Se retrouver dans l’impossibilité d’exprimer nos talents, notre excellence, notre potentiel de créativité mène à la frustration, la colère, un sentiment d’impuissance et au désespoir. Les apprentissages de la PNL cherchent à « Enrichir » la carte mentale des individus. Un enrichissement de trois processus fondamentaux : les buts recherchés, les moyens qui conditionnent l’atteinte des buts, et les mesures de progression et de réalisation. Une carte enrichie ouvre un potentiel de nouvelles actions et de nouvelles réussites, ce qui va bousculer nos croyances à propos de nos limitations, ce qui actualise le concept de soi et relance positivement une dynamique de changements créatifs. Il n’y a rien de plus satisfaisant que de pouvoir mener la vie que l’on souhaite.

Les niveaux d’apprentissage de la PNL

Les outils et méthodologies PNL utilisées dans les formations PNL abordent l’exploration de l’expérience subjective en divers niveaux, allant de l’extériorité (environnement, comportements) vers l’intériorité (capacités, valeurs et croyances, identité, vision). Chaque niveau de PNL permet de découvrir une nouvelle stratégie en questionnant : a) les buts à atteindre (Que veux-tu ?), b) les moyens et ressources pour atteindre ces buts (De quoi as-tu besoin et Qu’est-ce qui t’en empêche ?), et les indicateurs de progression ou de réalisation des buts (Comment sauras-tu que tu as atteint ton objectif ?).

Les buts concernent l’état désiré et se formulent selon les niveaux de processus en termes d’avoir et de faire, de savoir comment faire, d’autorisation à faire ou de motivation à faire ou enfin d’être (Ego et Ame).

Les ressources sont des états (une configuration de pensées, d’émotions et de comportements) appropriés à la réalisation d’un but ou le dépassement d’un obstacle. Comme dit Einstein « On ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de pensée que celle qui l’a créé. » Donc l’acquisition des ressources va donc dépendre de votre capacité à penser différemment et dans un cadre plus large. Plus votre voyage va vous éloigner de chez vous et de votre zone de confort, et plus vous aurez besoin de nouvelles ressources, de nouvelles façons de penser. Les techniques PNL ont pour fonction d’activer ces ressources.

Les indicateurs concernent le déclenchement de la stratégie, les étapes de réalisation intermédiaires et les critères de réussite finale. Ces indicateurs se trouvant dans notre neurologie (la pensée), notre corps (nos émotions et nos comportements) et notre langage, le développement de l’acuité sensorielle va se rapporter à différentes aspects de notre expérience.

Les changements « correctifs » du niveau “Fondamentaux PNL”

Types de changements : les changements sont “correctifs” et concernent des compétences comportementales dans un contexte donné. Dans un même environnement donné, un choix comportemental alternatif devient possible.

Métaphore : Si la présence des mauvaises herbes nuit à l’aspect de votre jardin, vous pouvez toujours décider de les arracher ou de désherber.

Les buts : la définition des buts concerne des objectifs opérationnels et courts termes, et surtout le niveau du « faire » dans un contexte bien précis et connu. Par exemple, « Demain je vais me trouver dans tel contexte, je voudrais pouvoir faire A pour obtenir B ».

Les moyens : par exemple, l’ancrage de ressource ou la désactivation d’ancre négative. Si votre comportement ne vous permet pas d’établir la relation, vous pouvez vous synchroniser au langage non verbal de votre interlocuteur.

Les indicateurs de preuves : la calibration des subtiles modifications comportementales et physiologiques des états internes.

Les changements « adaptatifs » du niveau “Technicien PNL” :

Types de changements : les changements sont “correctifs et adaptatifs” car ils permettent de faire varier nos réponses comportementales au sein d’un même sous-système.

Métaphore : si l’aspect général de votre jardin ne vous satisfait toujours pas après avoir arraché les mauvaises herbes, vous pouvez décider de rajouter de l’engrais, de l’embellir de nouvelles plantes…etc.

Les buts : les buts restent opérationnels mais leur définition est facilitée par l’utilisation d’un langage plus spécifique (avec le méta modèle), plus sensoriel (utilisation du VAKOG) et plus motivant (relié aux valeurs).

Les moyens : le niveau du technicien PNL renforce l’efficacité de la pensée et du langage. La prise en compte de l’intention positive (les valeurs) des comportements permet d’acquérir une plus grande flexibilité cognitive et comportementale.
La compréhension des modes de représentation (modalités et sub-modalités sensorielles) permet d’ajuster ces représentations pour accéder à plus de choix (Swish visuel) ou l’empilage d’ancres de ressources (cercle d’excellence). Le questionnement des pièges linguistiques (omissions, généralisations, distorsions) permet également de reconsidérer une situation et d’enrichir les cartes mentales de nouveaux moyens d’actions . Le langage du « Milton modèle » permet d’accéder à différents types de ressources. La découverte de l’intention positive (les valeurs) qui sous-tend la mise en œuvre des comportements jugés positifs ou négatifs apporte un cadre de pensée plus vaste, dans lequel de nombreuses options de réponses sont possibles (Recadrages de sens, de contexte et en six étapes, alignement des niveaux logiques). Les positions de perception donnent aussi la possibilité d’enrichir les options de réponses dans une situation.

Indicateurs de preuve : au niveau du technicien PNL, nous y ajoutons les modifications des modes de représentations et du langage (méta-modèle).

Les changements « évolutifs » du niveau “Praticien PNL” 

Types de changement : les changements sont “évolutifs” car ils concernent des savoirs faire (capacités) transférables d’un contexte à un autre, ce qui développe l’autonomie de l’individu.

Métaphore : si vous n’êtes toujours pas satisfait de votre jardin, vous pouvez prendre des cours de jardinage et d’aménagement d’un espace vert qui vous seront utiles dans de multiples jardins.

Les buts : les objectifs se formulent en termes de « savoir faire », des capacités transférables à de nombreuses situations, élargissant ainsi la gamme des objectifs à réaliser. Par exemple « Je voudrais pouvoir acquérir telle compétence ».

Les moyens : la découverte de la pensée stratégique (le modèle TOTE) permet le transfert de la « structure de l’efficacité » dans de multiples contextes, développant grandement l’autonomie de la personne. Celle-ci sait par elle même et dans chaque nouveau contexte ou situation, reformuler ses buts, les opérations à mener et les critères des réalisation. Les cartes mentales s’enrichissent de nouvelles options pour lever les freins à l’action (changement d’histoire), gérer les situations de stress intenses (dissociations VK), les conflits internes et externes (négociations entre parties), adopter un état mental et somatique qui facilite la modélisation et l’apprentissage (New code) et utiliser le langage des métaphores. Cette compréhension du fonctionnement d’une stratégie permet d’accroître l’efficacité de toute capacité/savoir-faire, et de transférer la structure d’un savoir-faire efficace d’une situation à une autre.

Les indicateurs de preuves : ils concernent les différentes composantes de la stratégie, à savoir son déclenchement, les étapes de réalisation, et les critères d’aboutissement. L’acuité sensorielle va se rapporter aux différents aspects de notre expérience : notre neurologie (la pensée), notre corps (nos émotions et nos comportements) et notre langage.

Les changements évolutionnaires et génératifs du niveau “Maître Praticien” 

Types de changements : les changements sont “génératifs et évolutionnaires” car ils concernent les règles internes (croyances, valeurs, identité) qui organisent le fonctionnement externe des stratégies mentales et de l’efficacité ou l’innefficacité des comportements qu’elles produisent. Entre les rêves que vous poursuivez et les actions que vous tentez de mener pour vous en rapprocher, se trouvent nos croyances avec ses fonctions de facilitation et de limitations.

Métaphore : vous pouvez vous autoriser à abandonner toutes les anciennes règles apprises sur le jardinage, pour créer quelque chose de nouveau, par exemple un jardin potager utilisant la permaculture, ou laisser libre court à votre créativité en termes d’espèces végétales et d’écosystème, et même de devenir un artiste jardinier pour vous occuper des jardins de vos voisins, avant d’ambitionner de prendre en charge les parcs du palais de Versailles. Et vous pourrez gérer votre entreprise d’aménagement des espaces verts en vous appuyant sur la métaphore du végétal, du vivant et de l’auto-organisation.

Les buts : on ne parle plus d’objectifs spécifiques et contextualisés, mais plutôt d’intentions (tendre vers..) ou de direction à suivre pour mener sa vie tel qu’on l’entend. Car la réalisation de ces buts au niveau des valeurs (motivations), croyances (permissions), identité (ambitions et missions) et spiritualité (vision) vont pouvoir se manifester dans de multiples contextes de vie. A propos des croyances, les buts s’expriment ainsi « Je voudrais croire que c’est possible, valable, que j’en suis capable, que je le mérite et que j’ai le droit d’être…etc. ». Et à propos des valeurs « Je voudrais avoir l’énergie de… ». A propos de l’identité « Je voudrais être… » Ces buts concernent donc plus l’être que le savoir faire ou le faire. La spécificité qui convient à des objectifs opérationnels et un contexte fixe (le faire et le comment faire), n’est plus de mise pour définir qui vous allez devenir (être) car votre identité possède un potentiel d’expressions fort riche. Ce que vous êtes aujourd’hui est une « superposition » de tout ce que vous avez été, ce que vous êtes, et tout ce que vous pouvez devenir et dont vous êtes encore fort inconscient. Il est bien présomptueux de savoir quel type de personne vous serez dans 20 ou 30 ans, car vous allez aborder des zones inconnues de votre carte mentale, des zones dans lesquelles rien n’est encore représenté en dehors de points d’interrogations ; ou des zones dans lesquelles vous aurez peur de vous aventurer. Mais si vous savez renforcer votre sécurité intérieure par le centrage et un état génératif, et faire confiance à ce que votre cœur vous dit de la direction à suivre, les zones inconnues de votre carte vont se révéler pleines de ressources pour mener la vie qui est la vôtre.

Les moyens : les apprentissages du maître praticien PNL permettent d’aborder la complexité d’une situation avec une pensée systémique. Une pensée qui permet de voir et comprendre que les relations fonctionnelles ou dysfonctionnelles au sein d’une systémique intra psychique vont impacter la systémique de mes relations avec le monde extérieur. Gérer une situation complexe nécessite d’avoir une grille de lecture de cette complexité, en sachant établir les relations entre les règles invisibles (croyances, identité) qui organisent les expressions visibles (les comportements) de ces règles internes. C’est par exemple ce que l’on fait avec la technique des conflits de valeurs sur la ligne du temps. Situer à quel niveau se situe un déséquilibre de la systémique interne permet de savoir le type de ressources les plus appropriées (Amplificateurs de ressources, format génératif de la PNL, Modèle de résonnance des mentors, cycle des croyances). Avec l’exploration des valeurs, nous découvrons les moteurs de l’influence et les mécanismes cognitifs inconscients (méta-programmes) que nous utilisons pour déclencher nos programmes ou stratégies mentales (de motivation, décision, créativité…etc.). Comprendre l’organisation des croyances conscientes ou inconscientes permet de recadrer celles qui constituent des obstacles à la réalisation de vos buts (Ré-empreinte, méta-cadre, Sleight of Mouth…etc.) Un changement de croyance à une portée bien plus grande qu’un changement de stratégie car elle donne à l’individu de nouvelles permissions dans de nombreux contextes de vie.

Le thème de l’identité est abordé dans sa multiplicité en distinguant les identités de rôles (le petit soi ou les égos) qui déterminent nos ambitions, de l’identité « centrale » (notre nature profonde ou notre raison d’être) qui détermine la mission de vie et notre contribution personnelle au monde. Les techniques utilisées au niveau des processus identitaires visent le plus souvent une « actualisation » des identités de rôle par un réalignement (matrice de l’identité) sur une identité « centrale ». Certaines techniques apportent des ressources au système de croyances dans lequel une identité plus jeune s’est cristallisée sous forme de limitations (Ré-empreinte). Enfin des techniques spécifiques peuvent s’adresser aux conflits identitaires (Conflits sur la ligne du temps, Double contrainte positive), aux « problématiques des frontières identitaires (dépendances, deuil, pardon). La compréhension du « jeu intérieur » d’une expérience (croyances, valeur, identité) rend aussi possible une démarche de modélisation d’une compétence.

Indicateurs : les indicateurs cognitifs découverts lors du praticien PNL sont enrichis des méta-programmes. Le méta-modèle III permet d’acquérir une lecture simultanée de l’ensemble des indicateurs. Chaque état va s’exprimer en même temps par des indicateurs cognitifs (modalités et sous modalités sensorielles, méta-programmes) comportementaux (calibration des mimiques, gestes, posture, respiration…etc.) et linguistiques (méta modèle) rassemblons l’ensemble des indicateurs sous forme d’une image globale.

Une formation PNL pour développer une méta cognition

L’excellence de la PNL est liée au développement d’une métacognition, cette capacité à s’observer en train d’agir et de faire des choix.

Si un comportement habituel n’aboutit pas au résultat souhaité, vous pouvez apprendre à acquérir un ou plusieurs comportements plus appropriés à la situation (niveau des fondamentaux et technicien PNL). Mais si les comportements continuent à ne pas apporter satisfaction, vous saurez identifier, comprendre et modifier la stratégie mentale qui produit les comportements inappropriés, développant ainsi grandement votre niveau d’autonomie. (Niveau du praticien PNL). Mais si vous n’arrivez pas à mettre en œuvre les nouvelles stratégies mentales malgré leur efficacité, c’est que des croyances peuvent en limiter l’utilisation. Si vous vous autorisez à mettre en œuvre votre stratégie et que vous n’en ayez pas envie, vous devrez alors faire un lien entre cette stratégie et les valeurs qui motivent sa mise en œuvre. Et enfin si vous n’arrivez pas à faire ce que vous voulez et osez faire, il vous sera utile de questionner les processus d’indentification.

Prenons un exemple : «  Je n’arrive pas à parler en public». La cause peut être une perception erronée des comportements à mettre en œuvre pour atteindre le résultat souhaité, ou des étapes à suivre pour atteindre le résultat (capacités et stratégie), ou d’un blocage à suivre les étapes (croyance limitante) ou d’une absence de motivation à faire (connexion à ses valeurs), ou d’une difficulté à intégrer les comportements dans le concept de soi. Dans la mesure ou vous êtes conscient de ce qui se passe dans votre tête, votre corps et votre langage, vous êtes bien souvent en mesure de comprendre les niveaux de processus et d’y remédier. La PNL permet de développer un niveau de conscience de votre propre expérience, et de le faire évoluer, afin qu’il soit en phase avec vos conditions de vie et les buts que vous poursuivez.

Praticien PNL versus maître praticien PNL

Les points de similitudes

Les similitudes se retrouvent dans le cadre d’intervention de la PNL.
Quels que soient les niveaux de PNL, les formations PNL se focalisent sur l’excellence humaine. Sur une courbe de Gauss, ce ne sont pas les moyennes qui intéressent les chercheurs d’excellence de la PNL, mais les exceptions, ceux qui se trouvent aux extrémités de cette courbe de Gauss. Pour pourvoir comprendre et reproduire cette excellence, la PNL apporte un système de valeurs (les postulats de la PNL), des méthodologies avec des processus de communication, d’apprentissage et de changement, permettant de décliner les valeurs en modes d’actions ; et une technologie avec des outils analytiques et interactifs pour faciliter l’application de la connaissance et des valeurs.

Et quels que soient les niveaux de PNL, les moyens d’actions se focalisent sur la structure subjective d’une expérience. L’expérience est abordée par son aspect descriptif (comment la personne a réalisé cette chose précise) et non son aspect explicatif (les raisons qui amènent la personne à faire telle chose). La compréhension et la description de la structure d’une expérience permet de saisir son organisation, donc de la modifier ou de la reproduire. Pour aider une personne à changer, il est plus utile de savoir si les fictions ou histoires que les individus se racontent dans leur tête lui permet de réaliser ses buts, que de savoir si c’est vrai ou faux. Si la science porte son attention sur la recherche d’une objectivité (le vrai ou le faux), la PNL porte son attention sur la structure d’une expérience subjective (l’utile ou l’inutile).

Quel que soit le niveau de PNL, la magie ne peut opérer que dans un cadre relationnel de bienveillance, de confiance ou de protection, apporté par les compétences à établir le rapport.

Les points de différences

Pratiquer ou maîtriser

La pratique régulière d‘une technique peut faire de vous un bon technicien ou un bon praticien (ou artisan). La maîtrise implique l’apprentissage des règles qui sous-tendent l’efficacité d’une technique. La maîtrise nécessite donc la capacité inconsciente à démontrer un savoir-faire, et une capacité consciente à décrire les règles et processus qui ont permis la mise en œuvre du savoir-faire. Une personne maîtrise un domaine de compétence quand elle est capable d’avoir à la fois une compétence consciente et inconsciente d’un objet particulier.

Unpraticien PNL est celui qui, du fait de sa pratique, possède un niveau de compétence « suffisant » pour démontrer un savoir-faire concernant la communication interpersonnelle, l’apprentissage et le changement. Ces compétences sont d’abord conscientes avant de devenir inconscientes (un nouveau programme).

Un maître praticien PNL est celui qui du fait de sa pratique possède un niveau de compétence « suffisant » pour démontrer un savoir-faire, et un niveau de conscience suffisant pour expliquer quelle « structure  subjective » (les mécanismes cognitifs, émotionnels et comportementaux) a été utilisée pour mettre en œuvre un savoir-faire particulier.

Un enseignant PNL est celui qui a en plus la capacité à transmettre l’acquisition d’un niveau de compétence et de conscience.

  Praticien PNL Maître praticien PNL
CompétencesInconscientes (Démontrer un savoir-faire)Conscientes (Démontrer un savoir-faire et l’expliquer)
Niveau d’expérienceL’action « visible » et les cartes mentales qui organisent cette action. (Comportements, capacités)                                                         Les règles « invisibles » qui soutiennent ou pas la mise en œuvre des actions. (Croyances, valeurs, Identité)
Postulats PNL Compréhension des postulatsIntégration de quelques postulats
Résultats

Capacité à appliquer des modèles PNL

Prise de conscience du fonctionnement de l’expérience subjective et capacité à mettre en œuvre des processus de communication, d’apprentissage et de changement (niveau I et II), dans des contextes particuliers et en respectant l’écologie du changement

Capacité à modéliser

Prise de conscience des multiples niveaux et perspectives qui interviennent dans l’analyse d’une situation « complexe » et acquisition d’une plus grande flexibilité et élégance dans l’utilisation des outils et modèles PNL. Capacité à accompagner des changements génératifs pour créer des solutions dans de multiples contextes.

Tableau I : les différences clés entre praticien PNl et maître praticien PNL

De manière plus large, la maîtrise implique les capacités suivantes:

–    intervenir à partir des principes et des valeurs qui sous-tendent l’efficacité d’une technique,
–    généraliser ces principes et valeurs à d’autres contextes,
–    s’engager dans une activité pour en faire une discipline,
–    remettre en cause constamment une compétence pour en repousser les frontières,
–    développer une passion pour l’apprentissage,
–    équilibrer des compétences conscientes et inconscientes.

Outils, techniques et modèles PNL

Définir les moyens d’action de la PNL

Un maître praticien PNL porte son attention sur la structure profonde d’une expérience (valeur, croyance, identité), en s’appuyant sur des moyens d’action (outils, techniques, modèles et compétences PNL) qui peuvent être ceux du praticien PNL mais aussi sur des moyens spécifiques. Les moyens d’actions des niveaux praticien et maître praticien, étant des critères de distinction entre ces deux niveaux, il apparait nécessaire de les définir.

Technique PNL : séquence d’actions qui conduit au résultat souhaité. Ou, une procédure pour identifier, accéder et appliquer les ressources nécessaires à la transformation d’un Etat Présent (Symptômes et les Causes attribuées) en un Etat Désiré (Objectif et ses Effets attendus).

Aptidudes/capacités PNL : c’est un savoir-faire propre au sujet, qui renforce l’efficacité des différentes tâches dans l’exécution des techniques. Ces aptitudes peuvent être présentes chez une personne avant tout apprentissage de la PNL. Par exemple, la calibration (la capacité à lire le non verbal) ou le rapport (synchroniser et guider) sont des capacités qui peuvent préexister à l’apprentissage de la PNL.

Carte PNL : une représentation (en 2 dimensions) d’un territoire pour guider un déplacement (Exemple carte de la structure subjective, Méta carte des croyances)

Modèle PNL : un système théorique contenant un processus implicite. C’est une métaphore visuelle, telle une boussole, pour guider l’action et permettre des simulations (tester et expérimenter les interactions de la totalité du système). Exemple de modèles : PNL (TOTE, SCORE, ROLE),

Outils PNL : objet ou instrument spécifique utilisé par un être vivant dans le but d’augmenter son efficacité naturelle dans l’action. …

 

  Praticien Maître Praticien
Niveau/processusEnvironnement et comportements et capacitésValeurs, croyances, identité
AptitudesRepérer le système de représentation, les
sous modalités et prédicats sensoriels
Identifier les schémas cognitifs (méta programmes)
 Recadrer une affirmation (Sleight of mouth)
 Repérer les clés d’accès oculaires et comportementalesAdopter différentes positions de perception
 Calibrer un état (congruences et incongruences)Adopter les schémas cognitifs de la maîtrise
 Etablir le rapport (synchroniser et guider)Utiliser la psycho géographie
 Questionner avec le Méta modèle I et II & faire émerger des ressources avec le Milton modèleRepérer les expressions (cognitives, linguistiques et comportementales), d’un état (Méta modèle III)
 Formuler un objectif ; Utiliser les métaphoresEspace problème (SCORE Systémique)
 Ancrer un état interne ; Gérer un état (CE/EI/PI)Repérer les méta-messages et la syntaxe somatique
Cartes / Modèles Structure expérience subjective (Carte) + ROLESCORE (Analytique)
TOTE + Stratégies (Opérationnel)SOAR (Conceptuel)
OutilsAnalyse contrastée, Recadrages, Ancrages   Ligne du temps, Tris spatiaux
 Métaphores et niveaux logiques 
TechniquesAncrage de ressources ; Swish visuel Score dansant / Score et conflits de valeurs
 Cercle d’excellence ; Recadrage en 6 étapesFormat génératif du SOAR ; Créativité de W.Disney
 Alignement des niveaux logiquesCycle de changement de croyance ; Réimprinting
 Générateur de comportements nouveauxRetrouver les sponsors perdus (Deuil)
 Changement d’histoire ; Négociation entre partiesMatrice de l’identité ; Mentors
 Dissociation V/K ; New codeLibération des dépendances

Qu’est-ce qu’une technique PNL ?

Une technique est une méthode qui permet la réalisation d’un but recherché. Les techniques PNL sont le plus souvent organisées sous forme de séquences d’actions ou d’étapes conduisant à la réalisation d’un résultat ou d’une tâche. Les techniques doivent être distinguées des capacités/aptitudes qui servent de support à de nombreuses activités, situations et contextes. Pour la PNL, les techniques sont des procédures pour identifier, faire émerger et appliquer les ressources nécessaires à la transformation d’un état présent (les symptômes et leurs causes), en un état désiré (objectif et ses effets). Il est important de distinguer les techniques des ressources profondes que ces techniques permettent de mobiliser et d’activer.

Les ressources sont les solutions qui permettent de résoudre un problème et atteindre un but. Une technique n’est pas en soi une ressource. Une technique est efficace dans la mesure où elle permet d’accéder à des ressources appropriées et de les appliquer à un domaine particulier.

Une technique (par exemple l’ancrage de ressource) est comme une seringue et la ressource (par exemple un état de confiance ou de créativité) est comme le médicament administré via la seringue. Certaines capacités/aptitudes sont nécessaires à la bonne utilisation de la seringue, par exemple établir la relation, s’assurer de l’absence d’air dans la seringue, trouver une veine appropriée, contrôler le saignement…etc, tout comme certaines compétences sont nécessaires pour établir une ancre. Par exemple la définition d’un état désiré, la calibration, le timing de la stimulation…etc. Tout comme l’efficacité du traitement dépend du médicament injecté avec la seringue, l’efficacité de la technique dépend de la nature et de l’intensité de la ressource qu’elle fait émerger. Remettre en cause l’efficacité d’une technique a aussi peu de sens que de remettre en cause l’efficacité de la seringue. Il convient par contre de questionner la nature et l’intensité des ressources, ou les aptitudes de celui qui a utilisé la technique.

La résolution efficace d’un problème repose sur l’identification à la fois des ressources appropriées à l’atteinte du résultat souhaité, et de la technique la plus efficace pour amener cette ressource dans le contexte dans lequel elle est utile. Selon la spécificité ou non du contexte, les techniques et ressources peuvent produire immédiatement les résultats attendus, ou produire des résultats intermédiaires qui devront être complétés par d’autres techniques et d’autres ressources.

Les techniques PNL ne sont pas des structures rigides. Etant composées d’un ensemble d’éléments « opérants », il est souvent utile et nécessaire de faire preuve de flexibilité et d’en trouver un montage adapté aux besoins des clients et de leur “cartes du monde”.

Les techniques sont des rituels qui possèdent une forte composante symbolique. Le rituel va aider à développer l’état de congruence dont le sujet a besoin pour réaliser ses objectifs. Et le rituel crée un effet d’attente, un effet placebo qui va s’ajouter à l’efficacité des techniques. Le résultat obtenu est certainement dû autant à l’effet placebo qui active la confiance et les croyances facilitantes, qu’à l’activation des ressources comportementales et cognitives. Les techniques peuvent donc influencer de multiples niveaux d’expérience et de changement (comportements, capacités, croyances, etc.). Pour que le rituel puisse donner le maximum de sa puissance, un cadre relationnel de bienveillance et de protection reste indispensable.

Les techniques PNL sont fort nombreuses bien que la plupart soient des déclinaisons des techniques créées par les fondateurs de la PNL, John Grinder et Richard Bandler, puis par leurs assistants, Robert Dilts, Judith DeLozier, Steve et Connirae Andréas…etc. L’abondance de ces techniques facilite ainsi de nombreux types de changement.

Les techniques du praticien et maître praticien PNL

Nous présentons ici les techniques PNL, telles que définies plus haut, et non pas les aptitudes/capacités, cartes et modèles PNL, et outils PNL.

Les techniques du niveau « fondamentaux PNL »

Conditions de bonne formulation d’un objectif (Well formed objective) – une méthode comportant une série de questions permettant de s’assurer que l’objectif recherché est bien défini (positif, contextualisé, vérifiable), réaliste (sous le contrôle du sujet) et réalisable (avec des ressources), écologique et motivant.

Désactivation d’ancres (Collapsing Anchors or Integrating Anchors) – une technique dans laquelle on déclenche l’addition de deux états différents, celui de l’expérience problématique et celui de l’état ressource, grâce à l’installation préalable de deux ancres spécifiques. La « correction associative » permet de désactiver l’ancre de l’expérience problème, pour aboutir à un état de neutralité.  

Pont vers le futur (Future pacing) – un processus qui transfère un nouvel apprentissage et des changements comportementaux dans une situation future dans laquelle ils seront appropriés et désirés. On utilise pour cela le cadre du « comme si » pour que le sujet puisse se projeter le plus complétement possible dans les situations futures, et imaginer la manifestation des changements souhaités.

Les techniques du niveau Technicien PNL

Cartographie croisée des sub modalités – une technique souvent utilisée comme outil de gestion des états internes, dans laquelle les caractéristiques cognitives (submodalités) d’un état ressource sont transférées dans la perception d’une situation « difficile ».

Swish visuel – cette technique permet de renforcer la motivation à faire quelque chose que l’on n’aime pas forcément faire mais qui doit être fait. Le principe est le croisement rapide de deux images mentales : une image où l’on est associé à la scène que l’on n’aime pas, et une image où l’on est dissocié d’une image très valorisante de soi. Outre les modalités associé/dissocié, on travaille sur la luminosité et les tailles d’images.

Cercle d’excellence – une technique simple et puissante de gestion des états internes. Elle consiste à empiler, grâce à l’auto ancrage, des états de ressources dans un cercle virtuel, puis à les déclencher dans des situations difficiles.

Hiérarchie des critères – une méthode de renforcement de la motivation et de l’engagement vis à vis de certains objectifs et schémas comportementaux. On identifie les critères centraux selon une hiérarchie de valeurs, puis on s’appuie sur ces valeurs centrales pour en produire de multiples expressions (équivalences complexes) afin de surmonter les interférences et résistances au changement.

Alignement des niveaux logiques – un processus qui développe un état de motivation, détermination, confiance en soi, intégrité, par la création ou le renforcement du niveau de congruence interne. Les niveaux les plus profonds (vision, identité, valeurs) vont servir de point d’alignement pour les autres niveaux (capacité, comportements, environnement). Les liens entre ces différents niveaux vont ainsi se soutenir et se renforcer mutuellement dans une situation donnée.

Les techniques du niveau Praticien PNL

Stratégie de l’orthographe (Spelling Strategy) – une méthode issue de la modélisation des individus ayant une bonne orthographe. Elle implique une visualisation soutenue par le regard dirigée vers le haut.

Générateur de comportements nouveaux – une technique PNL qui cherche à ajuster le séquencement des éléments comportementaux d’une stratégie, par rapport à la réalisation d’un objectif. Elle implique la dissociation de la stratégie, puis la visualisation de possibles comportements appropriés dans une situation spécifique, et enfin l’association kinesthésique de ces comportements dans la situation dans le but d’établir un ressenti de congruence et de compétences en rapport avec les actions générées.

Recadrage en six étapes – un processus simple et puissant de recadrage de presque n’importe quel type de problèmes ou symptômes. La technique implique d’établir une communication avec la partie interne responsable du comportement, découvrir son intention positive (la valeur), et trouver d’autres options pour satisfaire cette intention, sans avoir d’autres conséquences problématiques.

Changement d’histoire personnelle – une technique qui consiste à rechercher dans le passé la source des historiques des réponses limitantes du présent, puis de revivre ces expériences du passé avec les ressources appropriées à de nouvelles compréhensions, à l’actualisation des perceptions et des apprentissages.

Intégration de croyances en conflits – une technique de recadrage dans laquelle deux croyances antagonistes génèrent un conflit interne. Ces deux parties sont mises en contact pour qu’elles se reconnaissent, communiquent entre elles, définissent un cadre de pensée (valeurs communes) suffisamment large pour intégrer et transcender les deux croyances en conflit. La résolution du conflit repose sur l’identification des plus hauts niveaux d’intentions positives de chaque partie, puis des nouveaux choix par lesquels les parties peuvent travailler ensemble à l’unisson vers des buts communs.

Double dissociation VK– (technique pour la résolution rapide des phobies) – l’une des plus connues et des plus reconnues des techniques PNL pour le traitement rapide des phobies. Cette technique PNL de changement aide le sujet à se mettre dans un état de ressource (sécurité), puis de passer d’une position d’acteur à spectateur (dissociation) de la scène qui génère du stress, et enfin de modifier les sub-modalités de la scène pour en altérer les synesthésies.

Chaînage d’ancres – une technique dans laquelle une séquence d’états sont ancrés puis reliés ensemble, de sorte qu’un état problème puisse doucement, automatiquement et inconsciemment déclencher un changement vers un état désiré plus ressourçant.

Squash visuel – il permet de rétablir plus de congruence entre les représentations de deux valeurs en conflits (ou en polarité). Ces deux parties sont installées dans les deux mains, on en recherche leurs intentions positives respectives, puis on propose une intégration en rapprochant les deux mains, de façon à créer une troisième partie (une synesthésie des deux parties).

Les techniques du Maître praticien PNL

Intégration des présupposés de la PNL – Technique de Tim Hallbom et Suzi Smith pour rendre opérationnel les présupposés de la PNL. Il s’agit d’établir des expériences de référence pour chaque présupposé puis de les transférer et de les empiler dans un espace représentant les situations dans lesquelles ils devront être activés.

Conflits de valeurs sur la ligne du temps – Ou modèle d’intégration du S.C.O.R.E sur la ligne du temps, de Robert Dilts. La technique a pour but de traiter les incongruences et les conflits de valeurs qui s’opposent à la réalisation d’un but important. On utilise la ligne du temps, l’ancrage spatial et les niveaux logiques pour identifier les éléments S.C.O.E de « l’espace problème », puis un « espace solution » contenant les Ressources nécessaires au changement. L’espace solution contient une valeur de niveau plus élevé que celles en jeu dans le conflit.

S.C.O.R.E dansant – cette technique de Robert Dilts et Tod Epstein s’appuie sur l’intelligence et la “sagesse du corps” pour trouver les solutions somatiques à une résolution naturelle et souvent inconsciente de divers symptômes. Le passage d’un état présent à un état désiré, se réalise par le mouvement et l’exploration de la syntaxe somatique.

Le méta miroir – une technique de Robert Dilts qui s’appuie sur l’aspect systémique des multiples positions de perception. Le but est d’aider la personne à établir le lien entre les relations entre les différentes parties de soi et les relations avec d’autres personnes. Le postulat est que les conflits avec d’autres personnes sont souvent en miroir avec nos propres incongruences.

Stratégie d’Imagineering de Disney – une technique de Robert Dilts basée sur une modélisation du cycle de créativité de Walt Disney. Elle consiste à guider les individus dans les étapes comportementales et cognitives de trois processus différents, ceux du Rêveur, du Réaliste, et du Critiques, processus présents chez chaque individu. Ces trois processus vont collaborer et se coordonner pour travailler ensemble au service de la créativité et de la transformation d’idée nouvelle en actions. Cette technique facilite l’émergence d’une vision (Rêveur), sa transformation en action (réaliste), et les ajustements pour renforcer la cohérence du projet (Critique).

Parrainage des énergies archétypales – technique de Stephen Gilligan dans laquelle il s’agit de faciliter l’intégration des trois énergies archétypales (force, douceur, légèreté), puis de leur permettre d’être vues et accueillies par une autre personne. Les messages de parrainage (ou sponsorship) visent le développement chez l’autre du sentiment inconditionnel de valorisation, indépendamment d’une appartenance à un système.

Accéder aux ressources profondes (le Méta Modèle III) – technique de R. Dilts et Judith DeLozier qui vise à accroître la structure profonde d’un état ressource. La technique consiste à modéliser trois états ressources, identifier la méta-ressource commune au niveau des modalités linguistiques, cognitives et physiologiques, puis enrichir chacune des trois ressources des caractéristiques de la méta-ressource.

Format de la PNL générative – un processus de Robert Dilts qui vise à amplifier et enrichir le ressenti de quelque chose considéré comme positif. Pour cela on amène la ressource dans divers espaces du « paysage de vie » de l’individu. Par exemple les espaces créés par les croisements horizontaux des positions de perception (moi, l’autre, l’observateur) et de la ligne du temps (passé, présent, futur), auxquels on peut y ajouter les niveaux logiques.

Recadrages linguistiques (Sleight of Mouth) – technique de Robert Dilts qui permet de conduire le recadrage linguistique d’une croyance de 14 manières différentes. On recadre les divers liens de cause à effet ou d’équivalence complexe qui construisent les croyances. La technique est un schéma d’influence de nature à changer les présupposés. C’est un schéma de dextérité verbale pour jongler avec les mots, comme certains font des “tours de cartes”.

Le méta cadre des croyances – cette technique de Robert Dilts explore les relations entre les éléments (Valeurs, Etat interne, Expérience, Attentes) qui contribuent à maintenir le cadre ou « l’espace problème » d’une croyance limitante. La technique consiste à « décadrer » la croyance limitante en l’amenant dans un « espace solution », une méta-structure plus positive au niveau des éléments qui stabilise la croyance limitante.

Etablir un référent du sens du soi – technique de Robert Dilts et Judith DeLozier. Elle vise à enrichir la perception de qui nous sommes et de créer un état interne de centrage et de sens du soi, afin de garder une stabilité intérieure lors de situations perçues comme pouvant être déstabilisantes. La technique consiste à modéliser 3 situations dans lesquelles le sujet s’est senti pleinement lui-même, puis de s’associer aux schémas communs d’une structure identitaire profonde.

Audit des croyances – une technique de Robert Dilts d’identification des croyances clés qui soutiennent ou inhibent la réalisation des changements recherchés. Ces croyances concernent le but recherché (possibilité et validité), les moyens à mettre en œuvre (capacité et écologie) et l’individu lui-même (mérite, droit et responsabilité).

Intégrer les croyances identitaires en conflit – technique de Robert Dilts qui vise à apporter des solutions aux situations de « double contraintes » en particulier au niveau identitaire. La technique vise à identifier, reconnaître, sponsoriser les deux identités en conflits et leurs intentions positives respectives, puis d’intégrer ces identités en conflit dans un espace plus large capable de les transcender.

La double contrainte positive – une technique d’éveil de Stephen Gilligan permettant de passer de la situation de blocage de la double contrainte négative à une situation dans laquelle l’échec est impossible et qui soutient inconditionnellement l’identité du sujet. La technique repose sur l’expérience du « principe de la vérité profonde », capable d’intégrer et transcender des parties identitaires en polarité.

Chaînage de croyances – une technique de Robert Dilts utilisée quand l’écart entre la croyance limitante et la croyance facilitante est considéré comme trop important. On crée alors des étapes de croyances intermédiaires qui vont apporter de plus en plus de possibilités de se rapprocher de la croyance souhaitée.

Cycle de changement de croyances  (ou marelle des croyances) – Cette technique s’appuie sur le cycle naturel de changement de croyances (qui comme la croyance au Père Noël émergent et disparaissent au cours de la vie), pour faciliter la substitution par étapes d’une croyance limitante en une croyance facilitante.

Processus d’installation des croyances – une technique qui utilise une ligne du temps pour aider à l’établissement et le renforcement des croyances nécessaires à la réalisation de buts futurs.

Processus du pardon – Technique de Tim Hallbom et Suzi Smith qui vise à se libérer des ressentiments que l’on peut avoir d’une manière durable vis-à-vis d’une personne. La technique consiste à revivre l’interaction initiale dans des conditions de totale sécurité, comprendre les circonstances relationnelles (manque de ressources et intention positive) qui ont amené à l’état de ressentiment, puis apporter des ressources au système.

Retrouver les sponsors perdus – technique de Robert Dilts pour aider une personne à retrouver une relation positive avec des personnes ou situations (perte d’un emploi, situation, relation…etc.) qui ont joué un rôle important (sponsors) dans la construction du soi et dont la perte crée un sentiment de vide, de chagrin, d’abandon et de trahison. La technique consiste à intérioriser ces sponsors pour qu’ils puissent continuer à jouer leurs rôles de soutiens et de sponsors internes.

Libération des dépendances (Releasing Enmeshment) – un processus de Robert MacDonald (Relâchement des intrications) utilisé dans la gestion des co-dépendances et addictions. On demande au sujet de fournir une représentation sensorielle et spécifique de la connexion qui le relie à une autre partie extérieure, par exemple un produit (substance, aliment, tabac…), une situation où activité, qui symbolise le plus souvent une relation à une autre personne (un parent ou un soi plus jeune). On explore l’intention positive de la partie qui a permis « l’intrication » entre les parties et on propose de la maintenir en transférant la connexion à une représentation d’un « soi en évolution », ce qui permet un comportement plus approprié et plus écologique. La personne devient ainsi « addictive » à sa propre évolution.

Ré-empreinte (reimprinting) – l’une des premières techniques de Robert Dilts sur le changement de croyance. La ré-empreinte utilise la ligne du temps pour rechercher les expériences du passé (ou empreintes) qui sont à la source de diverses croyances limitantes et qui impliquent habituellement une modélisation (internalisation) inconsciente de la constellation des personnes importantes (par exemple les parents). On explore l’expérience de création de la croyance à partir de différentes perspectives, puis on amène des ressources aux parties présentes. Cette « ré empreinte » consiste en un recadrage de système.

Matrice de l’Identité – Technique de Robert Dilts. Le concept de soi est une carte de notre identité que nous construisons principalement à partir des croyances relatives à notre potentiel et à nos limites. Ce concept inclut des caractéristiques que nous percevons comme désirables, et celles que nous percevons comme indésirables. La  matrice de l’identité est un moyen d’identifier les 6 croyances fondamentales (centrale, potentiel, limite, frontière, défaut et ombre) qui influencent notre perception et notre expression de nous-même. La matrice de l’identité trace le champ des relations entre les différentes croyances à propos de son identité. Un champ capable d’intégrer les contraires et les polarités. En s’appuyant sur le langage métaphorique et symbolique, on réaligne les croyances limitantes sur la croyance centrale. Il s’agit de faire le « deuil » des croyances identitaires du passé et actualiser les nouvelles croyances identitaires plus facilitantes. Ce processus trouve son utilité dans les périodes de transition personnelles et professionnelle.

Modèle de résonnance des mentors – technique de Robert Dilts dans laquelle on utilise les connaissances et les ressources qu’une personne tire de sa relation avec des personnes importantes de sa vie (des mentors) pour développer sa sagesse et se sentir soutenue dans la réalisation d’un grand projet ou de sa mission de vie. La technique renforce les croyances affaiblies du sujet et de traiter ses doutes à propos de sa mission.

Les techniques décrites ci-dessus ne représentent qu’une liste partielle des nombreuses procédures efficaces qui constituent le savoir-faire actuel de la PNL. Une liste partielle car les techniques présentées plus haut privilégient les techniques dites « historiques » et celles développées depuis par Robert Dilts. Il existe donc bien d’autres techniques et de nouvelles qui sont générées régulièrement du fait même de la raison d’être extensive la PNL, qui est la modélisation. Comme le dit R. Bandler, co-fondateur de la PNL, «la véritable essence de la PNL est la modélisation, et pas la trace des techniques laissées dans son sillage». Rappelons que la modélisation est le processus qui consiste à identifier les étapes clés nécessaires à la reproduction réussie d’une performance. Il existe de nombreux domaines pour lesquels il n’existe pas encore de techniques efficaces de PNL. Elles restent à créer et des modèles tels que le SOAR et le S.C.O.R.E peuvent y contribuer car ils apportent le cadre conceptuel et la structure commune à la conception de nouvelles techniques PNL.

Une formation PNL pour quel public ?

Du fait du cadre professionnel dans lequel s’inscrivent les formations de l’Institut Repère, les formations PNL s’adressent à ceux qui par leur métiers ou fonctions travaillent au quotidien avec un public, et qui ont pour objectif le développement de compétences dans les domaines de la communication interpersonnelle, de l’apprentissage (apprendre à apprendre) ou de l’accompagnement au changement individuel ou organisationnel. Une transition professionnelle est souvent le déclencheur d’une décision de formation à la PNL.

Maintenant, avez-vous besoin de suivre une formation de maître praticien PNL à la suite d’un praticien PNL ? Dans une démarche de développement personnel et professionnel, les 4 niveaux de formation PNL (Fondamentaux, Technicien, Praticien et Maître praticien) seront pleinement appropriés à une meilleure conscience de son propre fonctionnement et celui des autres. Dans une démarche uniquement de professionnalisation, la réponse se trouve dans le niveau de compétences exigé par le métier exercé. Si vous êtes un commercial ou un manager, vous aurez probablement plus besoin des apports du technicien et praticien PNL (niveau des comportements et capacités) que des apports du maître praticien PNL (niveau des valeurs et croyances, identité…etc.). Si vous voulez exercer le métier de coach ou de thérapeute, les apports du niveau maître praticien PNL vous seront rapidement indispensables. Car comment accompagner efficacement une transition professionnelle si on ignore ce qui se joue inconsciemment au niveau des valeurs, croyances et identité de rôle de la personne ?

Métiers et fonctionsTechnicien Praticien Maître praticien
Coachs, psychothérapeutes++++++++++++
Formateurs, enseignants, éducateurs, animateurs+++++++++
Métiers du conseil et de la qualité++++++
Métiers de l’emploi : recrutement, bilans de compétences, outplacement…etc.++++++++
Fonctions opérationnelles de l’entreprise : RH, management, commercial, chefs de projets++++++
Professionnels de santé++++++++++++

Références

Encyclopédie de la PNL systémique. Robert Dilts et Judith DeLozier

Outils, modèles et techniques de la PNL. Jean Luc Monsempès. Site PNL-NLP Professionnelle

Une formation PNL pour quoi faire ? Jean Luc Monsempès.


administrator