Nous contacter

78 avenue du Général Michel Bizot
75012 PARIS

Nous appeler

A l’heure des bilans et de l’abord d’une année nouvelle, la question récurrente se pose souvent : « qu’est-ce que je veux faire dans ma vie ? ». 

Le passage à l’année nouvelle invite en effet souvent à nous poser, à nous introspecter et surtout à nous projeter dans l’avenir. 

Ce rituel de passage est un mécanisme naturel chez l’être humain. Nous sommes doués de conscience temporelle et avons balisé notre territoire intérieur de repères liés au temps : le calendrier, l’horloge, le planning, les « rappels » automatiques, … 

La transition d’une année à l’autre est finalement très comparable aux transitions professionnelles.  

Toute transition provoque un comparatif entre passé, présent et futur, invitant à se poser trois questions : 

  • Qu’est-ce que j’avais et que j’aimerais conserver dans ma vie ? 
  • Comment est-ce que je me situe par rapport à moi-même aujourd’hui ? Quel est mon idéal pour moi aujourd’hui ? 
  • De quoi ai-je envie pour demain ? 

Or, l’Institut Repère propose depuis sa création en 1984 des formations et des parcours qui permettent à des professionnels de développer des compétences transversales utiles tant pour évoluer dans sa position actuelle que propices pour évoluer vers d’autres métiers. 

Une formation est en fait un chemin qui permet une transition accompagnée par des pairs et par un ou plusieurs experts. 

Quels sont les grands principes qui soutiennent notre action et qui se trouvent présents dans chacun de nos programmes ? Comment les traduire en leçons utiles dans cette transition à cette nouvelle année qui nous confronte une fois de plus à nos limites individuelles et collectives ? 

C’est la démarche que nous vous proposons dans cet article. 

Voici trois grands principes pour aborder vos bonnes résolutions et vos transitions tans personnelles que professionnelles. 

Premier principe : Un respect de son système intérieur 

Les bonnes résolutions sont souvent associées à une vague intention qui se manifeste à un moment mais qui ne dure pas dans le temps ou ne se concrétise pas. Pourquoi est-il ainsi ? L’esprit humain est complexe parce qu’il est parcouru par différentes forces intérieures qui ne « poussent » pas tout le temps dans la même direction. Nous avons tous vécu différents dilemmes intérieurs et des moments d’indécision ou de doute. 

Pour simplifier cette complexité, rassemblons ces forces intérieures en deux classes ou deux logiques : 

  • Les forces qui visent à s’adapter au monde extérieur : Ces forces sont vitales afin de garantir notre survie dans un environnement changeant. C’est ce qui nous permet d’évoluer, d’apprendre, de prendre du recul. 
  • Les forces qui visent à maintenir une cohérence interne : Le changement bouscule un ordre établi. Cet ordre est vital pour assurer un équilibre et une économie d’énergie et donc également notre survie. C’est ce qui nous permet de nous reposer sur des routines, de nous sentir en sécurité et surtout de rester nous-mêmes. Si la relation que nous avons avec nous-mêmes peut évoluer, la sensation de qui nous sommes reste, heureusement, une constante (en dehors de déséquilibre pathologiques de l’identité). 

Le principe de respect de son équilibre intérieur nous invite à comprendre ces deux types de forces et à apprendre à en faire des alliées.  

Comme précisé plus haut, les deux forces sont au service de notre survie. Il y a donc moyen de trouver un chemin qui respecte les deux forces en même temps ou séquentiellement. 

Après tout, pour avancer en marchant, nous avons besoin du support du sol à certains moments mais également de nous déséquilibrer vers l’avant et donc de relâcher un instant notre stabilité. 

Et pour allier ces forces en nous, nous disposons d’un atout important : notre motivation ! En effet, avoir envie de quelque chose mobilise automatiquement notre force de changement et nous invite à trouver un nouvel équilibre. Une réflexion importante pour vous sera « qu’est-ce que je veux vraiment de bien pour moi ? ». Et dans cette phrase, tous les mots sont importants ! 

Dans nos formations, nous appliquons ce principe de respect de l’intégrité de chaque personne tout en les invitant et leur donnant envie d’intégrer de nouvelles pratiques. 

Deuxième principe : Le renforcement social positif 

Nous sommes des « animaux » grégaires, en tous cas nous en avons les besoins et les caractéristiques. Nous fonctionnons en tribus et nous pouvons bénéficier des effets de groupes. Lorsque nous entamons une transition, qui sont nos allié.e.s ? Qui sont les personnes qui peuvent nous encourager, nous donner du feedback, nous aider à mettre en place de nouvelles routines par des contributions, l’apport de ressources matérielles ou informationnelles, ou encore par l’aménagement du territoire commun ? 

Un autre aspect lié aux effets de groupe est la préservation de votre environnement relationnel. En effet, parfois la concrétisation d’une bonne résolution peut « bousculer » les personnes qui ont pris l’habitude de la manière dont vous vous comportez. Les intégrer dans nos réflexions et nos intentions permet de faire en sorte qu’elles comprennent ce qui va se passer et soient rassurées quant à la pérennité de vos relations. 

Il est plus facile d’avancer sur le chemin nouveau lorsque l’on est accompagné par des personnes avec qui nous nous sentons en confiance et en sécurité et qui ont un abord bienveillant et soutenant par rapport à notre démarche. Que pouvons-nous mettre en place pour avancer dans ces conditions ? 

C’est par ailleurs un des retours principaux que nous recevons des participants à nos formations. Ils sont souvent marqués par l’ambiance chaleureuse et bienveillante et le sentiment de faire partie d’un groupe solidaire. Tous nos formateurs appliquent en effet ce principe d’initier et de renforcer des liens qui sont propice à l’apprentissage.Saut de page 

Troisième principe : La meilleure habitude est d’adapter ses habitudes 

Une bonne résolution se concrétise lorsqu’elle est rentrée dans nos habitudes. Le plus grand des voyages commence par un premier pas. Un tout petit pas qui ne demande pas trop d’efforts (en rappel du premier principe). 

Quel est le plus petit changement que je peux faire dans la direction de ma bonne résolution et qui apporterait en même temps une différence significative et une satisfaction afin d’entretenir ma motivation à continuer ? 

La répétition est la seule recette actuelle pour l’apprentissage et le développement d’une nouvelle habitude. Après le premier pas et à chaque pas, une bonne habitude est de visualiser le pas suivant. Cette répétition va nous amener à un automatisme qui devient semi-conscient comme lorsque nous conduisons notre voiture ou que nous roulons en vélo. Il y a un nombre incroyable de routines que nous avons intégrées qui nous permettent de réaliser nos déplacements. 

La résolution elle-même pourrait également évoluer durant le processus de sa concrétisation. Comme dans un voyage, il peut y avoir des obstacles et des imprévus que nous n’avons pas anticipés. Ne pas concrétiser une bonne résolution peut être une adaptation utile si nous nous rendons compte que nous manquions d’information au moment où nous l’avons exprimée. Au vu de la situation actuelle, que devient notre bonne résolution ? Quels aménagements sont nécessaires pour maintenir le cap ?  

A l’Institut Repère, nous proposons à chacun de nos participants différentes manières de mettre en place de nouvelles habitudes : nos soirées de pratique gratuites, notre plateforme d’apprentissage en ligne (www.institut-repere.online), nos modules d’approfondissement sont différentes manières de vous inviter à intégrer de nouveaux apprentissages. 

Conclusion : Une bonne résolution, c’est facile 

Concrétiser une bonne résolution devient facile lorsque l’on se prépare et que l’on met des moyens en œuvre pour en faire une nouvelle habitude. 

  • Trouvez votre juste manière de passer à une meilleure version de vous-mêmes.  
  • Construisez avec vos relations  
  • Adoptez une stratégie de petits pas agiles adaptés au moment présent 

Bon voyage ! 


Consultant, Coach, Formateur en Leadership, Intelligence collective et entrepreneuriat. Ingénieur Chimiste. Après un parcours dans la consultance technologique, il devient consultant interne en développement des compétences avant de cofonder la société Egregoria. Maître Praticien PNL (Robert Dilts et Judith Delozier, NLPU) et formé à l’Analyse Transactionnelle, à l’Approche Systémique, à la gestalt et à diverses approches psychocorporelles. Il est 6ème Dan d’Aïkido et intègre les bénéfices de sa pratique dans son approche des leaders et des organisations. Michaël a été formé en tant que Formateur en PNL par Robert Dilts et Judith Delozier (NLPU). Michaël accompagne les organisations dans le développement de l’intelligence collective par un changement de posture des dirigeants. Il a développé une véritable expertise dans la pédagogie active et l’apprentissage actif en ligne. Il accompagne les projets de digitalisation de la formation en tant que technopédagogue.