Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation
plante résilente

La résilience pour faire face à l'adversité 2/2

Jean Luc Monsempès, à partir d’extraits du livre de Robert Dilts « Conscious Leadership and Resilience, Orchestrating Innovation and Fitness for the Future."  Success Factor Modeling Volume III

Dans la première partie de cet article, nous avons abordé la manière de se préparer au mieux à faire face aux situations difficiles. Nous avons vu l’importance de s’entraîner au développement de compétences clés comme l’intelligence émotionnelle et la gestion de notre « jeu intérieur » pour être en mesure d’optimiser notre présence et notre énergie. C'est une chose de trouver sa zone d'excellence en l’observant à partir d'une position de calme et de neutralité. C'est une autre chose de savoir maintenir un état mental optimal dans des conditions physiques et émotionnelles particulièrement difficiles. La aussi, seule la pratique peut littéralement sauver votre vie et celle des autres (au sens figuré et au sens propre).  Nous savons que notre capacité à faire face aux situations difficiles de la vie dépend de notre condition physique, mentale, émotionnelle…etc. Les états « CRASH » seront inévitables et nous devront alors trouver les moyens de récupérer au mieux. 

Faire face aux sentiments difficiles 

Malgré la qualité de notre préparation, dans certaines situations nous ne pourrons pas éviter un complet état CRASH. Au lieu de chercher à faire des ajustements à notre état intérieur, nous devrons "réinitialiser" tout notre jeu intérieur et transformer ce qui crée l'état CRASH. Un aspect clé de la maîtrise de soi et de son jeu intérieur est la capacité à reconnaître et transformer les obstacles intérieurs et les interférences au maintien de sa "zone d'excellence" ; Ces obstacles intérieurs ceux-ci se présentent le plus souvent sous la forme de sentiments difficiles qui créent un "blocage neuromusculaire". 

Pour réinitialiser notre état et transformer les obstacles pouvant se présenter sur notre chemin, nous devons être capable de nous connecter à quelque chose « en dessous » de nous-même (de plus profond) et de nous connecter aussi à  quelque chose "au-delà" de nous même (de plus vaste que nous).  Par exemple, l'entrepreneur Mark Fizpatrick a parlé de l'importance de développer la capacité à " juste garder les pieds sur terre et de garder tout ça en perspective ". Il a parlé de la prière, qui est une façon de se connecter à quelque chose de plus grand que soi-même. Ces commentaires reflètent un parallèle évident avec la capacité d'Elon Musk à se connecter à son but plus élevé comme un moyen de passer à travers la période de 2009 lorsque ses trois entreprises étaient en faillite. 

Créer une "maison d'hôtes" pour les sentiments difficiles 

L’être humain, c'est être une maison d'hôtes Chaque matin, un nouvel arrivant.
Une joie, une dépression, une méchanceté, une prise de conscience momentanée vient comme un visiteur inattendu. 
Bienvenue et divertissez-les tous ! Même s'ils sont une foule de chagrins, qui balait violemment votre maison vide de ses meubles, traite toujours chaque invité honorablement. 
Il vous fait peut-être sortir pour un nouveau plaisir. 
La pensée sombre, la honte, la méchanceté, les rencontrent à la porte en riant, et les invitent à entrer. Sois reconnaissant pour ceux qui viennent, parce que chacun a été envoyé comme un guide de l'au-delà- Rumi 

La taille du cadre ou du champ psychologique dans lequel nous expérimentons des ressentis difficiles détermine généralement leur impact ou leur influence sur nous. Par exemple, Virginia Satir, la créatrice de la thérapie familiale, avait l'habitude de poser deux questions à ses clients lorsqu'ils étaient coincés dans un état de CRASH, aux prises avec un problème de vie. 

La première question était : "Comment vous sentez-vous ?" Un client peut répondre à cette question en disant qu'il se sent en colère, triste, effrayé, coupable ou qu'il ressent un autre type de ressenti difficile. Ensuite, Virginia posait une deuxième question : "Comment vous sentez-vous à l'idée de ressentir ça ?". 

La réponse à cette deuxième question est particulièrement importante car elle détermine en grande partie l'impact et la signification de la réponse à la première question. Cela fait une grande différence si quelqu'un se sent calme ou curieux de se sentir en colère plutôt que de se sentir coupable, impuissant ou frustré de se sentir en colère. Ce sont ces seconds ressentis qui déterminent la facilité et la qualité avec lesquelles nous sommes capables de rester centrés et de porter le premier ensemble de ressentis avec ressources. Comme mon collègue Richard Moss aime à demander : "Votre peur est-elle en sécurité en vous ?" 

Dans le travail de coaching génératif développé avec mon collègue Stephen Gilligan, nous utilisons plusieurs énoncés, ou "mantras" comme nous les appelons, pour créer un environnement intérieur positif et émotionnellement intelligent (une "guest house" selon les mots du poème de Rumi) pour les ressentis qui créent habituellement une certaine forme d’état CRASH. Les quatre déclarations fondamentales sont les suivantes : 

  1. "C'est intéressant." 
  2. "Je suis sûr que cela fait sens." 
  3. "Quelque chose a besoin d'être entendu, porté ou guéri." 
  4. "Bienvenue...." 

L'énoncé "C'est intéressant" nous rappelle qu'il y a quelque chose à apprendre ou à mieux comprendre concernant la situation ; que c'est aussi un domaine où nous pouvons potentiellement évoluer et grandir. L'affirmation "Je suis sûr que cela fait sens" reconnaît le fait qu'il y a très probablement une intention positive derrière la réponse, même si nous ne comprenons pas encore ce que c'est, c'est-à-dire que c'est un "guide de l'au-delà" dans le langage du Rumi. L'affirmation selon laquelle "quelque chose a besoin d'être entendu, porté ou guéri " fait prendre conscience que tout ce qui se passe fait partie d'une holarchie plus large et mérite d'être reconnu, traité avec respect et peut bénéficier de ressources. La déclaration "Bienvenue" signifie que nous lui donnons intentionnellement une place et que nous n'essayons pas de nous en "débarrasser". 

Nous avons trouvé que la pratique de ces énoncés avec nous-même et avec les autres était très puissante. Ces énoncés apportent souvent un relâchement presque immédiat de l'état de CRASH et une diminution marquée de l'agitation intérieure. Cela permet aux gens de commencer à se connecter à leurs ressources et à l'holon plus large d'eux-mêmes.

Porter un sentiment difficile

Inspiré par le travail de Virginia Satir, l'exercice suivant permet de découvrir et d’appliquer les ressources nécessaires pour éviter le CRASHing face à des émotions fortes et difficiles ou "négatives", afin que les causes de ces sentiments puissent être identifiées et transformées. Comme vous le verrez, il faut utiliser votre intelligence somatique (par le mouvement du corps et les gestes) autant ou plus que le raisonnement intellectuel. 

  1. Identifiez une situation dans laquelle vous éprouvez un sentiment difficile que vous n'êtes pas capable de tenir avec des ressources et qui, par conséquent, crée un obstacle ou vous entraîne dans une forme d'état CRASH. Mettez-vous dans cette expérience en utilisant la mémoire ou l'imagination. Portez votre attention sur votre état intérieur et votre jeu intérieur. Répétez les quatre phrases "C'est intéressant", "Je suis sûr que ça a du sens", "Quelque chose a besoin d'être entendu, tenu ou guéri", "Bienvenue". Faites prendre conscience de ce sentiment et permettez à votre corps de l'exprimer naturellement par un geste et un mouvement (p. ex., serrer les poings). 
  2. Maintenant, prenez du recul par rapport à l'espace au sol où vous viviez ce sentiment difficile. De ce nouvel emplacement physique, réfléchissez sur le vous qui éprouve les sentiments difficiles. Que ressentez-vous face à ces sentiments difficiles ? Comment vous sentez-vous par rapport à vous-même pour les avoir ressentis ? Quelle est votre relation avec ces sentiments et avec vous-même lorsque vous les ressentez ? Il est plus que probable que vous ressentirez d'autres formes de sentiments inutiles ou sans ressources comme la frustration, l'impuissance, le jugement de soi ou le désespoir. Encore une fois, en ce qui concerne le deuxième ressenti, répétez les quatre énoncés "C'est intéressant", "Je suis sûr que ça a du sens", "Quelque chose doit être entendu, tenu ou guéri", "Bienvenue". Trouvez le geste ou le mouvement qui exprime ce deuxième sentiment (p. ex., les mains qui repoussent). 
  3. Maintenant, revenez à un troisième espace et mettez-vous dans un état plein de ressources dans lequel vous êtes centré, ouvert, éveillé (l'état COACH) et connecté à l'holarchie plus grande. Rappelez-vous le processus, le déclencheur ou l'expérience de référence que vous avez découvert dans la section précédente et qui vous relie automatiquement au sentiment d'un moi plus grand que votre identité en tant qu'individu distinct. Quelles ressources (confiance, acceptation, curiosité, force, etc.) pourraient vous aider à "garder les pieds sur terre et à mettre les choses en perspective" ? Quelles ressources vous permettraient de tenir les deux ensembles de ressentis de votre Soi plus grand plutôt que d'y rester coincé ou d'entrer en conflit avec eux ? 
  4. Amenez les ressources identifiées dans votre corps et dans votre jeu intérieur. (Si vous le devez, vous pouvez faciliter cela en trouvant des expériences de référence pour ces ressources et en les revivant aussi pleinement que possible.) Trouvez un geste et un mouvement qui exprime cette ressource et la rend présente dans votre corps (p. ex. bras ouverts au-dessus de votre tête). 
  5. Retournez au deuxième espace en apportant les ressources et le geste de l'étape 4. N'essayez pas de changer quoi que ce soit. Tenez simplement les ressentis et les réponses associées au deuxième espace dans le champ plus large de la ressource. Faites le geste et le mouvement associés à la ressource que vous avez choisie. Remarquez les changements dans votre perception et votre attitude à l'égard des ressentis difficiles et du "vous" qui les ressent dans cette situation difficile. 
  6. Maintenant, retournez au premier espace, celui des ressentis difficiles, et amenez avec vous les ressources identifiées. Encore une fois, n'essayez pas de changer quoi que ce soit. Tenez simplement les ressentis et les réponses associées au deuxième espace avec dans le champ plus large de la ressource. Faites le geste et le mouvement associés à la ressource choisie. Que ressentez-vous maintenant face à ces sentiments difficiles ? Quels sont les changements dans votre capacité à maintenir ces sentiments difficiles ? Qu'est-ce qui devient possible ?

Transformer les états "CRASH 

Une fois que vous êtes capable de tenir des sentiments difficiles et de les accueillir dans votre "maison d'hôtes", il devient possible de les comprendre, de les transformer et de les intégrer. Dans l’article précédent, nous avons identifié sept compétences pour faire face aux émotions "négatives" : 

  1. Reconnaître (calibrer) la présence d'un état émotionnel particulier 
  2. Reconnaître la présence de l'État sans jugement 
  3. Maintenir l'état émotionnel dans un environnement "d'équanimité" (lui faire de l'espace) 
  4. Comprendre l'état émotionnel et sa fonction (intention positive) 
  5. Ressourcer l'état émotionnel en le reliant à d'autres émotions et états complémentaires. 
  6. Transformer ou affiner l'expression de l'état émotionnel pour qu'il soit plus harmonieux et productif par rapport à son intention positive. 
  7. Intégrer l'état émotionnel en tant que partie intégrante d'un système plus large 

Le processus des ressentis difficile à tenir applique les trois premières compétences : reconnaître l’état émotionnel, reconnaître l’émotion sans la juger, et tenir la réponse émotionnelle problématique dans un état plein de ressources. Pour transformer et intégrer la réponse, il faut comprendre son intention positive et la relier à d'autres états complémentaires. Vous pouvez le faire avec le ressenti difficile avec lequel vous avez travaillé dans l'exercice précédent en passant par les étapes suivantes. 

  1. Associez-vous au ressenti difficile avec lequel vous avez travaillé dans l'exercice précédent, et qui créait un état "CRASH". Répétez le geste ou le mouvement associé à cet état de sensation ou qui le représente (p. ex., serrer les poings) en portant une attention particulière à la façon dont il affecte votre jeu intérieur. Remarquez comment ce mouvement vous éloigne de votre état COACH. (Il augmente très probablement une certaine forme de "verrouillage neuro-musculaire"). 
  2. Revenez maintenant à l'état de la ressource identifiée à la troisième étape de l'exercice précédent et faites le geste et le mouvement associés à cet état (par exemple, les bras ouverts au-dessus de votre tête). 
  3. En restant dans l'état COACH, revenir lentement au mouvement associé au ressenti difficile. Répétez le mouvement (p. ex., serrer les poings) plusieurs fois très lentement, en restant centré et avec une conscience accrue. Ce faisant, considérez l'intention positive du mouvement et l'état émotionnel associé. Qu'est-ce qu'il essaie de faire ou d'accomplir pour vous ? 
  4. En gardant à l'esprit l'intention positive du mouvement et le sentiment, revenez lentement au geste associé à l'état de la ressource (par exemple, les bras ouverts au-dessus de votre tête). Prenez conscience de la façon dont cette ressource peut soutenir l'intention positive de ce sentiment difficile. 
  5. En restant dans l'état COACH, pratiquez le va-et-vient entre les deux gestes, lentement, gracieusement et en toute conscience. Remarquez qu'il existe de nombreuses combinaisons et variations d'expression entre les deux gestes et mouvements. Trouver un moyen de fusionner les deux gestes et mouvements en un seul geste et mouvement. Qu'est-ce qui devient possible dans votre jeu intérieur et extérieur grâce au mouvement intégré ? 

Vous pouvez répéter ces mêmes étapes avec la deuxième sensation de l'exercice précédent. 

Tout comme la gymnastique suédoise et l'exercice physique peuvent améliorer la santé et la forme physique de votre corps, l'étude et la pratique mentale peuvent améliorer votre fonctionnement cognitif, la pratique d'exercices comme ceux de ce chapitre peut renforcer votre intelligence émotionnelle et votre capacité de résistance. Cette capacité est cruciale pour naviguez dans le jeu extérieur difficile du lancement, de la croissance et du maintien d'une entreprise qui réussit.

Intégrer les ressentis difficiles dans un groupe 

Parfois, quand on est en pleine crise, on n'est pas sûr d'arriver à l'autre bout. Mais nous avons toujours réussi, et nous avons donc un certain degré de confiance, même si parfois on se le demande. Je pense que l'essentiel, c'est de ne pas être tous terrifiés en même temps. Steve Jobs

Comme le dit Steve Jobs, l'une des clés pour gérer la crise et rebondir après l'adversité est de créer un "champ" de confiance et de ressources pour que les membres de l'équipe puissent se soutenir mutuellement en cas de doute ou de peur. L'un des principaux moyens d'y parvenir est, en tant que leader, de nous ancrer dans notre état COACH et d'aider les autres à faire de même. Lorsque nous pouvons le faire, nous créons un champ de ressources entre nous et les autres qui nous aide à faire ressortir le meilleur de chacun. En fait, on pourrait dire que le vrai leader est la personne qui dans une situation de défis est capable de porter les sentiments les plus difficiles. 

Nous appelons cette relation spéciale et ce qu'elle produit  le « Contenant COACH » La création d'un contenant COACH solide et riche avec des collaborateurs est essentielle pour renforcer la capacité de faire face aux défis et à l'incertitude, et augmenter le potentiel à rebondir après la rencontre avec l'adversité. 

Créer un contenant COACH

Voici un processus simple de création d'un contenant COACH dans un groupe, avec les étapes suivantes : 

  1. Assis ou debout, face à face, dans une position détendue, alignée et équilibrée. 
  2. Amenez votre conscience dans votre corps et votre souffle et devenez présent. 
  3. Passez ensemble les étapes de l'exercice Pratiquer l'État COACH 
  4. Comme chaque membre du groupe sent qu'il ou elle est pleinement présent(e) et dans son état de COACH, il ou elle dit à haute voix aux autres, "Je suis présent" (comme dans un appel nominal) ou "Je suis prêt". 
  5. Les membres du groupe se regardent dans les yeux, à se disent mutuellement à haute voix : "Je vous vois. Bienvenue." 

Lorsqu'il est fait avec authenticité et présence, cet exercice crée un sens fort et riche de relation mutuelle et de ressources. C'est ce que nous appelons le champ ou "contenant". Il est souvent utile de partager entre vous la façon dont vous ressentez le "contenant" ou le champ de votre relation. Vous préférerez peut-être utiliser une métaphore ou un symbole. Il peut aussi vous aider à créer ensemble une ancre (un mouvement, une verbalisation, un symbole, etc.) que vous pouvez utiliser pour revenir à l'expérience complète du Contenant COACH que vous avez créé plus rapidement. Les équipes sportives, par exemple, se livrent souvent à un bref rituel ou à des encouragements avant de commencer un match pour amener tous les joueurs dans une " zone d'excellence " collective. 

Le but de cette pratique est de s'assurer que tous les participants commencent leur interaction à partir de la meilleure version d'eux-mêmes, afin de tirer le meilleur parti de l'interaction. Tout comme les athlètes ont des pratiques d'échauffement qui leur permettent d'être les meilleurs d'eux-mêmes pendant la compétition ou l'entraînement, le contenant COACH prépare les membres des équipes et des groupes à obtenir le meilleur les uns des autres.

Accueillir les sentiments difficiles dans un groupe 

La résilience et la gestion efficace des crises, des défis et de l'incertitude exigent l'acceptation et l'intégration de nombreuses émotions et différents états internes. Le champ du groupe a besoin d'accueillir et de reconnaître tous ces états internes et ces énergies pour être authentique et productif. Ce qui est dissimulé devient une sorte d'"ombre" qui affaiblit le champ. 

Tout comme le développement de la capacité à tenir les sentiments difficiles dans notre jeu intérieur, il est important que les groupes de collaborateurs puissent faire place aux réactions émotionnelles qui peuvent découler de leurs interactions, en particulier dans les moments d'adversité et d'incertitude. Lorsque les émotions peuvent être identifiées, reconnues, portées à partir d'un espace plus vaste d'équanimité sans jugement et que leurs intentions positives sont comprises, il devient possible de trouver les ressources qui permettent aux émotions de simplement passer ou de se transformer et de s'intégrer comme une partie productive de l'expérience du groupe. 

L'exercice suivant peut être fait avec un groupe de collaborateurs afin de s'entraîner à reconnaître et à accueillir les sentiments difficiles qui peuvent surgir au sein du groupe. 

  1. Créez un " contenant COACH " solide en suivant les étapes de l'exercice précédent. 
  2. L'un des membres du groupe retrouve l’expérience d'un ressenti difficile tel que :  Anxiété/Peur ; Obstination/Résistance ; Indigence; Hostilité  Lorsque la personne est capable de ressentir authentiquement un certain degré de présence du ressenti difficile, elle le reconnaît en disant, "Je sens..." et nomme l'état. (Il n'est pas nécessaire d'essayer de justifier ou d'expliquer ce sentiment). 
  3. Les autres membres du groupe doivent créer un espace pour le ressenti difficile en utilisant les affirmations, "C'est intéressant", "Je suis sûr que cela a un sens", "Quelque chose doit être entendu, tenu ou guéri", "Bienvenue". 
  4. Les membres du groupe restent dans l'état COACH et ouvrent leur attention à l'ensemble de l'holarchie et au sens du but commun. (Les particuliers peuvent faire ce qui suit en rappelant un processus, un déclencheur ou une expérience de référence qui les relie automatiquement au sentiment d'un moi plus grand au-delà de leur identité en tant qu'individu distinct, comme nous l'avons vu au chapitre précédent). 
  5. En restant à l'écoute de leur cœur et de leurs tripes, les membres du groupe vont s'interroger sur les ressources qui pourraient aider la personne qui partage son ressenti difficile à "garder les pieds sur terre et à garder le tout en perspective". Plutôt que d'essayer de comprendre quelque chose de manière cognitive ou rationnelle, les membres du groupe doivent plutôt utiliser leur intelligence émotionnelle et " laisser venir " quelque chose de manière intuitive. Elle peut prendre la forme de mots, d'une image, d'un symbole, d'un geste ou d'un autre sentiment. 
  6. Chaque membre du groupe partage ensuite à son tour la ressource qui a émergé avec le reste du groupe en disant à haute voix : " La ressource qui me vient est... et exprime les mots, l'image, le symbole ou le geste. 
  7. Après que tous les membres du groupe aient partagé leurs ressources, la personne qui a le ressenti difficile décrit ce qui a changé dans son ressenti et dans son jeu intérieur. 

Le processus est répété jusqu'à ce que chaque membre du groupe ait eu l'occasion de partager un sentiment difficile.

Il s'agit, bien sûr, d'une procédure hautement ritualisée dont le but est de donner aux individus l'occasion de pratiquer des compétences spécifiques de l'intelligence émotionnelle dans une atmosphère de sécurité psychologique. Ce n'est qu'une des nombreuses structures possibles qui peuvent aider à améliorer la coopération et la résilience des équipes. 

Il existe de nombreux autres moyens  d’exprimer et aborder des ressentis difficiles dans un groupe. L'avantage d'avoir de telles structures en place, c'est que lorsque les défis inévitables et inattendus se présentent, le leader et les membres de l'équipe sont prêts à réagir rapidement et avec ressources. 

Commentaires

ConsciousLeadershipAndResilienceConscious Leadership and Resilience est le troisième volume d’une série d'ouvrages sur la Modélisation des facteur de Succès (SFM), une méthodologie développée à l'origine par Robert Dilts et son défunt frère John Dilts (voir SFM Vol. II, pp. 236-246) afin d'identifier, de comprendre et d'appliquer les facteurs critiques de réussite qui motivent et soutiennent des personnes, groupes et organisations exceptionnels. 

Le Success Factor Modeling est fondé sur un ensemble de principes et de distinctions qui sont particulièrement bien adaptés à l’analyse et la distinction des schémas cruciaux en matière de pratiques d’entreprises et de compétences comportementales utilisés par des individus, des équipes et des entreprises efficaces pour atteindre les résultats souhaités. Le processus SFM™ sert à établir des distinctions sur les caractéristiques et les capacités clés partagées par des entrepreneurs, des équipes et des chefs d'entreprise, puis à définir des modèles, des outils et des compétences spécifiques qui peuvent être utilisées par d'autres pour augmenter considérablement leurs chances d'avoir un impact et de réussir.

L'objectif du processus SFM est de créer une carte instrumentale - une carte qui s'appuie sur une variété d'exercices, de formats et d'outils permettant aux gens d'appliquer les facteurs modélisés afin d'atteindre des résultats clés dans le contexte choisi. Pour ce faire, SFM applique le modèle de base suivant :

  • Notre état d'esprit - qui est constitué de notre état intérieur, de notre attitude et de nos processus de pensée - produit des actions comportementales extérieures. 
  • Les actions. Notre état d'esprit détermine ce que nous faisons, les comportements et le les mesures spécifiques que nous prenons dans une situation donnée. 
  • Les résultats. Les actions menées créent à leur tour des résultats dans le monde extérieur. 

Une prémisse clé de la modélisation des facteurs de réussite est que l'atteinte des résultats souhaités dans notre environnement exige un état d'esprit approprié afin de produire les actions nécessaires et appropriées.