Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation

Le Génie et le Soi Génératif avec Robert Dilts

Une interview de Robert DILTS réalisée par Siam Pope

Robert Dilts NetBSteve Gilligan PhD et Robert Dilts ont au départ fait leurs études ensemble, et ont été tous les deux au démarrage de la PNL avec Richard Bandler et John Grinder. Robert a continué à développer sa vision de la PNL, en travaillant à travers le monde sur des domaines concernant la thérapie, l’ éducation et les affaires. Steve fut l’élève de Milton Erickson avant de développer sa propre approche de la « Relation à Soi » en psychothérapie. Aujourd’hui ces deux pionniers du développement personnel rassemblent leur expertise, explorent des aires de chevauchement de deux secteurs passionnants.

Q : Comment vous sentez-vous à l’idée de travailler à nouveau avec Steve Gilligan pour ce séminaire sur « Génie et Soi Génératif » ?

RD : J'aime travailler avec Steve, je grandis toujours au mieux quand je travaille avec lui. J'aime également travailler avec d'autres - par exemple, Judith DeLozier et Robert MacDonald. Steve est probablement parmi les personnes les plus intelligente que j'ai rencontré. Il est également l’un des plus curieux, et conduit par un profond désir de comprendre et aider les gens. C'est quelque chose qui nous pénètre quand nous travaillons ensemble. Une autre chose que j'apprécie en particulier au sujet de Steve est son sens de l'humour. Et il intègre vraiment une esthétique dans sa manière de travailler.

Q : On pourrait dire que vous avez une approche plus cognitive et Steve une approche plus en rapport avec la transe- comment voyez-vous cela ?

RD : Dans certains domaines Steve et moi sommes semblables et dans d'autres nous sommes différents, c'est une combinaison fertile. Nous avons tous les deux le sens d’une mission à un niveau spirituel, que nous avons partagé pendant plus de 25 années. C’est faire en sorte de comprendre les personnes, les aider à s'améliorer, et de respecter les personnes. En outre nous avons été tous les deux élevé dans la région de San Franciso Bay, tous les deux à l’école catholique des garçons, nous sommes approximativement du même âge, et il y a ainsi des similitudes en rapport avec l’environnement. Les différences entre nous renvoient à Steve qui est davantage centré sur l'hypnose, ayant étudié les méthodes d’Erickson, alors que moi j'ai étudié avec Bandler et Grinder. Peut-être qu’il y a une sorte de distinction cerveau droit/cerveau gauche. J’ai tendance à exprimer cela avec des procédures PNL pratiques, un peu plus de façon analytique peut-être, tandis que Steve s’occupe plus de l'aspect esthétique de l’inconscient. Il est très clair dans ses descriptions, et pas sous forme de transe. Peut-être que la distinction est plus « direct/indirect ». Souvent j’arrive et dis de façon explicite quelque chose que Steve dis de façon indirecte. Peut-être que c’est quelque chose en rapport avec le cerveau droit/ cerveau gauche. Ou seulement que la PNL est plus cognitive et Steve plus Ericksonien.

Q : Quelle serait la qualité émergente particulière résultante de cette association ?

RD : l’intégration, l’intégrité, la multidimensionalité. Nous sommes tous les deux solides et surs de nous dans les domaines dans lesquels nous intervenons - c’est comme avoir deux yeux regardant la même chose, plus en profondeur. Quelque chose à laquelle nous accordons tous des deux de la valeur, concerne le domaine du sponsorship. Au début, il y avait Bandler et Grinder, Grinder et DeLozier, Bandler et Cameron, ils étaient différents les uns des autres mais parlaient de quelque chose de partagé au niveau le plus profond, leurs buts les plus profonds. Ils ont eu différentes manières de réaliser les détails, la consolidation de ce qui est essentiel. Steve et moi sommes alignés autour de la découverte de ce qui est essentiel, aux plus hauts niveaux, et pour soutenir une personne au niveau de son identité. Nous avons des valeurs noyau autour de la guérison, la créativité (l'aspect du génie), la focalisation sur l’embellissement, rendre les choses meilleures.

Q : Pourriez-vous en dire plus au sujet du Génie et du Soi Génératif ?

RD : Nous sommes tous deux intéressés par le génie. Nous sommes arrivé à nos concepts des deux approches du génie en faisant d'autres ateliers ensemble - « Aimer face à la violence » « Les aptitudes du Sponsorship ». La violence concerne la destruction, et pas le Sponsorship. Le génie est positif. Le génie débute à l'opposé de la violence. Le génie crée l'intégration d'un Soi positif pour apporter la guérison. Quand vous introduisez ce genre de ressources dans une situation où vous n'essayez pas d’éviter quelque chose de négatif, vous pouvez vraiment produire quelque chose au-dessus de la moyenne. Nous sommes arrivé ensemble à ces aptitudes du Sponsorship, c’est l'une des choses que nous avons partagé - ce désir d'innovation, la création de quelque chose de nouveau pour la croissance et le développement, de même que la guérison et la prise en charge de la douleur. La résultat final est que la personne puisse se développer d’une manière qu'elle n'avait même pas imaginée auparavant. C'est là l’origine de l’idée.

Q : Comment êtes-vous venu à être fasciné par le génie ?

RD : J'ai été intéressé par le génie toute ma vie, étant attiré/fasciné par les personnes qui avaient fait quelque chose pour faire du monde un meilleur endroit. Mon père était un avocat expert en brevets, ainsi nous avons été toujours été imprégné de nouvelles idées et du génie dans le monde technique. En tant que jeune homme, j'ai été attiré par les idées de Léonard de Vinci - faire quelque chose à partir de rien, apporter quelque chose de nouveau dans le monde. Et j'ai été ébloui par les idées d'Albert Einstein pendant mes années d'université. J'ai été intrigué par la question du comment arriver à quelque chose de si innovant ? Puis, avec la PNL - Bandler et Grinder obtenaient des résultats particuliers et il y avait quelque chose dans leur manière de travailler ensemble- c’était comme une étincelle pour allumer d'autres feux. Cela m’a attiré de devenir un pionnier du « bord d’attaque ». L'innovation et le génie sont sur un bord d’attaque marginal, poussant les bords de l'enveloppe. Ainsi le Génie incarne un de mes critères noyaux.

Q : Quelles sont les aptitudes de base du Génie ?

RD : Avoir une vision, être capable de voir dans le futur. C'est différent de seulement se projeter dans le futur ; ce n'est pas simplement un perfectionnement du passé mais une capture du futur, faire partie de lui.
- La réflexion, avec la notion de processus d’imagination ( imagineering) de Disney - avec le rêveur, le réaliste et le critique. La capacité à adopter des perspectives multiples et de les intégrer, les résoudre, construire des ponts. C'est le lien avec le Soi Génératif - une intégration des oppositions apparentes. Steve et moi avons des points communs à ce sujet.
- La capacité à adopter différentes perspectives sans que celles ci s’opposent ou rentrent en conflit.
- Une volonté dans la prise de risques - comme dans le leadership.
- Une capacité à fonctionner à de multiples niveaux, et d'aligner les éléments sur un niveau spirituel
- Une capacité à fonctionner avec un monde métaphorique, à reconnaître et utiliser la métaphore comme un mode de pensée non linéaire. Gregory Bateson a dit que tout est métaphore pour toute autre chose. Le génie a toujours été en rapport avec une pensée en dehors de la boîte. Le génie est à propos d’un quelque part nouveau, ce dont Bateson a parlé au sujet du niveau IV de l’apprentissage. C’est donner à quelqu'un quelque chose de tout neuf, quelque chose de sans précédent. C’est « s’éveiller à quelque chose qui est nouveau, et pas seulement reconnaître quelque chose qui est déjà connu ». C’est au sujet de l'évolution qui va vers la révolution. Ce qui est Évolutionnaire concerne la progression au delà de ce qui existe déjà. Le Révolutionnaire concerne la réalisation d’un saut quantique, propulsant les choses vers le haut.

Q : Pourriez-vous en dire plus à propos du sponsorship, de votre point de vue ?

RD : C'est une notion de Steve, tirée du sponsorship thérapeutique. C’est proche de ce que j’avais tracé à partir du coaching et du mentoring - je me suis rendu compte que le mentoring avait des éléments du sponsorship. Il m’est venu à l’esprit que le coaching est à un niveau comportemental, le mentoring au niveau des croyances et valeurs, le sponsorship est au niveau de l’identité. Steve ne faisait pas ces distinctions, donnant juste une étiquette à quelque chose qu'il a vu en tant qu'élément du changement. Cela a résonné en moi. Je l'ai généralisé au delà du thérapeutique, dans des entreprises et des organismes. Vous pourriez dire que nous avons travaillé dans un espace similaire. Définir le sponsorship est en rapport avec le niveau de l'identité, avec un regard qui va au delà de l'environnement, du comportement, des possibilités, de la croyance et des valeurs - pour voir la personne et pour la ressentir d’une manière ou d'une autre. C’est la reconnaîssance de l'essence d'une autre personne. Les messages typiques du sponsorship sont « je vous voie, vous avez de la valeur, vous avez une contribution à apporter, quelque chose de spécial et d’unique, vous êtes le bienvenu ». Ceci a une grandes importance et pertinence, et c’est la base de tout autre chose - sans cela le reste ne fait pas beaucoup de différence.

Steve et moi avons des filles presque du même âge, et nous pourrions voir cela en ce qui les concerne. Ces messages sont parmi les premières façon d’interagir avec des enfants, quand ils n'ont pas de capacités cognitives ou autres, mais ils ont une identité ou un esprit ou une âme à laquelle vous pouvez vous connecter. Cependant, avec l'adulte le sponsorship ne peux pas être exprimé de manière spécifique. Vous pouvez trouver cette idée d'être présent durant toute votre vie, avec ce que nous appelons le soi. Nous parlons de l’estime de soi. C'est le concept du génie, s'il s'est senti fort, si il a sentiment ressenti du sponsorship. C'est une aptitude à être libre d’être soi même à tous points de vue. Selon mon propre travail, pour chaque relation, si vous pouvez commencer par le sponsorship, toute la suite est plus puissante. Vous pouvez aussi étendre la notion de sponsorship d'une personne à une idée, en reconnaissant aussi son existence, l'amener à la vie, l'aider à entrer dans le monde. Dans les entreprises, il y a la notion du Corporate Sponsorship, qui a été utilisé pendant de nombreuses années. Il reconnaît la valeur de quelque chose. Pas simplement de façon superficielle, au niveau de l'aide financière, mais il peut impliquer le don d’une bénédiction à quelque chose. C'est souvent l'élément clé de l’efficacité et du démarrage de quelque chose. Chaque nouvelle initiative a besoin d'un sponsor.

La même chose est vraie pour une personne. Nous pouvons le comparer avec ce que nous appelons le sponsorship négatif, qui contient des messages comme - qui s’occupe de toi, vous n’êtes pas important, vous ne m’intéressez pas. Vous ne stimulez pas le génie dans cet environnement. Il peut y avoir trois situations : aucun sponsorship, un sponsorship négatif, et un sponsorship positif. Évidemment, le sponsorship positif va produire les meilleurs résultats, quelque soit votre domaine- le sports, les affaires, la science, la santé, et l’écriture - vous avez besoin d’obtenir le meilleur de chaque personne. Ce sont les racines du sponsorship, qui se prolongent au Co-sponsorship et au sponsorship de soi. Celles-ci offrent les possibilités maximales de croissance. Le Co-Sponsorship est en rapport avec un sponsorship mutuel. Les percées viennent souvent des paires- par exemple Bandler et Grinder, Watzliak et Jobs.

Le Sponorship de Soi est nécessaire comme base du génie, en reconnaissant votre propre valeur, en vous voyant, en vous honorant, et en vous accueillant. Le génie est en rapport avec la prise de risque, pour aller dans un nouveau territoire dans lequel personne d'autre vous soutient. Par exemple - les cahiers de Léonard de Vinci ont été écrits par lui seul, les idées d'Einstein sont venues de sa propre contemplation, et c'était la même chose pour Mozart. Les gens peuvent être dans un environnement sans soutien et penser qu’ils ont le don ou la magie de pouvoir se sponsoriser eux-mêmes. Les enfants peuvent apprendre par eux-mêmes le Sponsorship de Soi, à partir d'autres sponspor, en les modélisant. La tache de parent est de reconnaître que vous aidez votre enfant à évoluer sans vous, de reconnaître leur propres valeur. Vous devez sponsoriser non seulement votre enfant, mais aussi le leur enseigner cela par exemple. Quand vous pouvez consciemment leur donner un modèle et leur donner une compétence consciente, il est plus que probable que vous pouvez l'obtenir avec succès. Mon épouse et moi avons toujours essayé d'être des parents conscients, sachant que ce que nous faisons affecte nos enfants. La PNL et les approches d'Erickson donnent toutes deux des moyens d'accomplir ce but commun.

Q : Steve a dit qu'il se sent comme un oncle excentrique de la NLP, que vous êtes ouvert pour travailler avec lui et que l’apport de cette ouverture à la PNL est très saine. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

RD : La PNL contient déjà toutes les bonnes choses issues d'une qualité d’ouverture. La PNL est en rapport avec l'intégration de la linguistique, de la neurologie et de la science de l'informatique, et puis l'intégration de la psychothérapie. J’ai personnellement toujours plus valorisé l’inclusion que l’exclusion ; c'est l'endroit où vous vous développez. C'est la nature du Soi Génératif. Il ne s’agit pas de schizophrénie ou d’un saut entre différentes personnalité pour préserver les différences de votre identité, en vous différencier de quelque chose d’autre. Le Soi Génératif est assez fort pour savoir qui vous êtes - soyez ouvert - pour grandir et évoluer, sans perdre prise sur qui vous êtes. Alors la croissance devient quelque chose de plus plutôt que quelque chose de différent.

Quand d’autres rejetaient la PNL, Stephen était ouvert pour l'enlacer. Il recherche ce qui aide, ce qui a de la valeur, plutôt que d'exclure quelque chose qui a la valeur seulement parce qu'elle ne s'adapte pas dans un cadre existant. Ce que lui et moi recherchons est « qu'est-ce qui a de la valeur ici » ? Je sais qui je suis, et Steve sais qui il est - là il n’y a pas de discussion ni protection. Nous pouvons dire que - là où nous irons à partir d'ici - nous pouvons aller au delà.
Le Sponsorship de Soi, être auto centré et centré en soi- c'est un paradoxe qui vous conduit à réaliser que vous n’êtes pas votre principal souci. Si le sponsorship a été fait au début, alors ce n'est pas ce que vous avez besoin de continuer à faire faire tout le temps. Un domaine d'avenir est de travailler sur le Terrorisme- là où les gens disent « voyez-moi, accordez moi de la valeur, je suis ici ». D'une manière étrange, le sponsorship pourrait supprimer le besoin de terrorisme. Je crois totalement que si les personnes se sentaient valorisées, elles n’auraient pas besoin de terrorisme.
Le sponsorship est l'une des choses les plus importante au monde pour guérir et aller de l’avant.

Interview réalisée par Siam Pope, pour le compte de PPD UK avant le séminaire de formation de février 2003 sur le thème « Génie et soi Génératif » et co-animé par Robert Dilts et Steve Gilligan.

Consulter nos formations du parcours PNL : Fondamentaux de la PNL - Technicien PNL - Praticien PNL  - Maître praticien PNL

La formation de Stephen Gilligan : L'art de l'hypnose éricksonienne

La formation de Stephen Gilligan et Robert Dilts : Coaching génératif