Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation
évolution de l'hypnose

Les évolutions de l’hypnose selon Stephen Gilligan

L'art de l'hypnose éricksonienne consiste à créer un contexte favorable (l'état de transe), au développement de notre Inconscient, afin qu'il puisse créer des solutions nouvelles à nos problèmes. L'Hypnose Générative diffère de l'hypnose traditionnelle dans laquelle le client perdrait le contrôle, ou de l'hypnose Ericksonienne dans laquelle le thérapeute bienveillant contourne le conscient du client afin de travailler avec son inconscient. L’Hypnose Générative de Stephen Gilligan est un processus de "flux discipliné" dans lequel le conscient et l'inconscient de la personne travaillent ensemble de manière créative à l'émergence d'une conscience supérieure, capable  de générer des possibilités bien au delà de celles qui avaient été imaginées, et un changement "transformationnel"..L’une des principales idées de la transe générative se trouve dans cette notion d’existence de deux niveaux distincts de conscience ; le "conscient classique", et  "l’inconscient créatif  ou quantique". Dans la transe générative nous cherchons à nous accorder à ces deux niveaux en même temps ; et en particulier prendre le niveau quantique comme un « nid » pouvant  accueillir le niveau classique.

 Les trois générations de transe

Pour Stephen Gilligan, l'hypnose a évolué de l'hypnose autoritaire à la transe générative

La première génération est représentée par l’hypnose autoritaire

Celle-ci partait du principe que le conscient et l’inconscient sont des demeurés. Donc pour aider quelqu’un à changer avec la première génération de transe, vous devez « assommer » le conscient puis parler à l’inconscient comme si c’était un enfant de deux ans : « tu vas faire ceci ou tu ne vas pas faire cela ». Dans cette approche l’hypnose est considérée comme une question de suggestibilité. L’inconscient est comme une ardoise vierge sur laquelle vous allez programmer des idées. A partir de cet ensemble de présuppositions spécifiques, on va vivre l’expérience de l’inconscient comme un rétrécissement de l’attention. L’inconscient est de plus considéré comme étant très littéral. Si telles étaient vraiment les propriétées de la transe, alors quelle valeur pourrait avoir la transe en termes d’apprentissages créatifs ? En voulant créer un état qui vous rend étroit d’esprit et qui vous fait fonctionner de façon très littérale, comment pourriez-vous devenir créatif ? Et comme l’inconscient est considéré comme un réceptacle passif, il est activé par un langage externe à la personne. C’est donc l’hypnotiseur qui propose le langage qui fait le changement. Si vous êtes un bon sujet pour l’hypnose, vous êtes censé ne rien faire d’autre que de vous allonger sur le dos et recevoir les messages. Faut-il alors s’étonner d'une certaine réserve des personnes à rentrer en transe ?

La seconde génération est représentée par l’hypnose éricksonienne

Milton Ericksonn à fait faire un bond révolutionnaire à l'hypnose en considérant l'inconscient comme un puit extraordinaire de sagesse. Le conscient restant toujours considéré comme un demeuré. Dans les transes éricksonienne, on a donc toujours le même principe consistant à «assommer» d’abord le conscient. Plus vite le conscient s’éloigne, plus vite l’apprentissage va pouvoir commencer. Pour distraire ou passer par-dessus le conscient, on va utiliser la confusion. Je voudrais insister sur le fait que l’approche d'érickson constitue un apport considérable à la transe de 3ème génération. Il y a pourtant quelque chose d’incomplet car nous avons encore besoin de l’intelligence consciente pour faire émerger la créativité de l'inconscient. Un conscient indispensable pour définir une intention, établir un plan séquencé, organiser les choses au sein de cadres. Et sans ces propriétés du conscient, il semble bien difficile de mettre en œuvre une bonne activité créative.

Erickson disait à ses clients « votre inconscient est très intelligent », mais cet inconscient était surtout intelligent en présence d’Erickson. On peut alors se demander ce que le client venait faire, avec un inconscient si intelligent, dans le cabinet de consultation d’Erickson ? Pourquoi la personne vient-elle avec des problèmes si importants si elle a inconscient génial ?  Il faut croire que l’inconscient ne peut pas être si intelligent en dehors de la présence de Milton Erickson. Il se passait quelque chose quand Erickson commençait à parler avec l’inconscient de son client. Cette association entre l’inconscient du client et l’organisation consciente d’Erickson générait quelque chose de très créatif. Avec tout son talent, Milton Erikson arrivait à "éteindre" de façon temporaire le conscient de son client, avant de pouvoir créer le changement. La question est mainenant la suivante : que devient le sujet quand il quitte le cabinet de consultation d’Erickson, sachant qu’il va être probablement être confronté à de nouvelles difficultés, à de nouvelles crises ?  J’ai malheureusement observé trop souvent, chez des patients d’Erickson ou chez des personnes formées par ce dernier, ce que l’on reproche souvent à l’hypnose, à savoir que la personne est trop dépendante de l’hypnotiseur. Les personnes rentraient dans une sorte de transe en se posant la question « Qu’est-ce que Milton pourrait me suggérer là maintenant dans ma situation ? » Et ceci est un schéma non génératif.

Dans un travail de changement, nous cherchons à aider une personne à trouver et faire confiance à sa propre voix, à aider la personne à s’appuyer sur sa propre responsabilité. Il y a bien sur en chacun de nous une partie qui voudrait bien que ce soit quelqu’un d’autre qui le fasse pour nous. C’est toujours le danger sous-jacent dans un travail de transe. Alors que faire de la façon dont Erickson parlait à l’inconscient de son client ? Erickson démontrait bien comment le conscient s’organise en général, un conscient qui aime contrôler les choses et rester dans un cadre bien circonscrit. Erickson montrait à son client qu'il n'avait pas besoin d’organiser son conscient d'une manière trop rigide, et qu'il y avait un nombre infini de façon de l'organiser ». Erickson démontrait ainsi comment organiser le conscient pour qu’il soit à un niveau très génératif. Je nomme cela la « fonction Erikson ». Maintenant une question pratique : Erickson était-il le seul à savoir faire cela ? C’était un esprit brillant qui avait une forme de génie, et de nombreuses approches renforcent l’idée qu’Erickson faisait des choses uniques. Alors faut-il des hypnotiseurs hautement entrainés et patentés pour faire comme Erickson et s’approcher d’un inconscient perçu comme dangereux, capable de générer une rage homicide ou un suicide ? Malheureusement cette façon de considérer la transe est encore très courante chez de nombreux professionnels. Ce qui nourrit l’idée d’un inconscient qui est comme un animal sauvage à enfermer dans une cage à la cave.

La troisième génération est celle de la transe générative

On considère ici que personne est capable d’apprendre les compétences lui permettant de se connecter à son propre inconscient créatif. Chaque individu peut apprendre à utiliser les ressources de l’inconscient et d’une façon qui fait sens pour lui. Chacun peut devenir à sa façon son propre Milton Erickson. Et ceci constitue la transe de troisième génération, dans laquelle on donne la même importance à l’intelligence consciente qu’à l’intelligence inconsciente. Le psychologue William James disait que l’inconscient est comme un cheval et que le conscient est représenté par son cavalier, et que tout dépend de la connexion entre le cheval et son cavalier. C’est dans la conversation que la fonction créative se produit. De façon traditionnelle, c’est l’hypnotiseur qui prenait le dessus dans la conversation. L’hypnotiseur est maintenant là pour aider la personne à développer cette conversation créative à l’intérieur d’elle-même.

Pour développer des compétences et savoirs faire, nous avons besoin de nous accorder en premier à notre état somatique, puis de pouvoir nous connecter de façon amicale avec notre inconscient créatif. Si nous sommes tendus, ou si nous n’avons pas une attention suffisante, c’est que nous ne sommes pas au bon endroit pour débuter une conversation créative. Au niveau cognitif, quels que soient les schémas de pensée développés pour avoir cette conversation créative, nous devons apprendre à accepter "ce qui est", à trouver un équilibre avec "ce qui est", à établir des multiples cartes de "ce qui est". En organisant notre schéma cognitif à partir de "ce qui est", quelque chose d’intéressant peut s’ouvrir. Nous chercherons donc à acquérir des compétences permettant d’établir une relation harmonieuse entre le conscient et l’inconscient. Ces deux formes d’intelligence représentent les deux dimensions de la conscience humaine : le monde classique et conventionnel, et le monde quantique et créatif. Et être un humain consiste à marcher et avancer dans ces deux mondes en même temps.

L'intelligence consciente et inconsciente

L’intelligence consciente

C'est celle qui permet de naviguer dans le monde "classique", "conventionnel et newtonien"  organisé par les notions de temps, d’espace, de matière physique, de logique de cause effet ou de celle binaire du vrai/faux…etc. Une carte du monde qui apporte de la clarté et des précisions mais aussi des limitations. Pour naviguer dans ce monde "classique",  l'organisation de l’intelligence que l’on va dire consciente est indispensable. Sinon vous n’irez pas très loin.

L’intelligence inconsciente

C'est celle qui permet de naviguer dans le monde "quantique". Un monde qui, en opposition à celui du monde dit « classique », est constitué d’un champ d’infinies possibilités. S’il existe de très nombreux langages pour parler de ce monde, j’utilise ici le langage de la physique quantique car il souligne bien ses aspects importants. On considère qu'il existe donc un "champ quantique" à l’extérieur et au-delà du temps et de l’espace, et dans lequel sont présentes d’infinies possibilités. Décrivez par exemple une personne : vous pouvez en imaginer tous les aspects existants, dans le passé, le présent et le futur : vous pouvez voir sa douceur en sachant qu’elle peut aussi avoir des idées de violence, vous pouvez imaginer la petite fille de deux ans, voir la femme actuelle et celle qui sera beaucoup plus âgée…etc. A chaque instant, tous ces différents états possibles existent chez cette personne. Ce sont des aspects importants de cette métaphore du champ quantique. La physique quantique a une belle façon de décrire comment les choses peuvent se déplacer dans le temps et l’espace, à partir d’un champ de possibilités infinies. S’il y a un nombre infini de "versions" d’une même personne, le regard que nous portons à un instant donné sur cette personne va rétrécir notre champ de conscience, et nous finirons par percevoir qu’un seul aspect de cette personne : celle qui est devant nous à un instant donné dans le monde classique.

Il est tentant de penser que le monde quantique, du fait de ses possibilités infinies, est bien supérieur au mode classique. Pourtant ce n’est que dans le monde classique que nous pouvons avoir une perception de nous-mêmes, et que les choses deviennent réelles. Si vous voulez faire l’expérience d'une réalisation de soi", sachez que ce changement n’est possible que dans le monde classique. Car si vous êtes dans un monde où tout est vrai, il n’y a pas de vrais changements possibles à expérimenter. Etre un humain consiste à avoir l’opportunité d’être dans ces deux mondes. Si vous êtes davantage dans l’un des deux mondes, les problèmes surviennent. Si vous vivez uniquement dans un monde d’infinies possibilités, quel type de personne pensez-vous pouvoir devenir ? Si je vous demande ce que vous aimeriez manger ce soir, et que vous me répondez que les possibilités sont infinies… cela ne vas pas vous aider à trouver un restaurant précis pour avaler un repas. Je suis certain que vous connaissez des gens comme cela qui n’arrivent pas à prendre une décision, qui n’arrivent pas à agir, qui n’arrivent pas à être qui ils sont, qui n’arrivent pas à prendre pieds dans le monde classique. Si vous vivez trop dans le monde quantique, alors tout devient flou. Si vous vivez trop dans le monde classique, vous risquez d’être bloqué dans une seule manière d’être. Les personnes qui venaient voir Erickson en psychothérapie disaient qu’ils se sentaient piégés dans une seule façon d’être. Ils s’accrochaient à une seule carte. Même avec une carte qui ne fonctionnait plus, ils continuaient à dire "je fais cela car c’est ce que dit la carte" et "il faut que je m’accroche à la carte". Avec la transe nous faisons en sorte de revenir au territoire pour lâcher nos vielles cartes et nous laisser établir un nouvel ensemble de cartes. "Des cartes qui expriment au mieux votre besoin dans votre situation actuelle", disait Erickson. La transe permet donc d’actualiser vos cartes.

Quans est-il utile de rentrer en transe ? Quand vos cartes et vos façons habituelles d’être dans le monde ne fonctionnent plus, c’est probablement le moment de faire appel au pouvoir créatif de la transe. Si votre carte marche, continuez à l’utiliser. Si elle ne fonctionne plus, vous pouvez recommencez à l’utiliser une fois ou deux en étant observateur de ce qui se passe. Mais au-delà de trois fois arrêtez d’essayer, car vous venez de recevoir un bon feedback sur le fait que votre carte ne marche pas et qu'elle n’est pas appropriée à la situation, et que vous devez revenir dans cet espace des cartes infinies pour y trouver une nouvelle carte.

Avec la transe, nous tachons d’identifier les valeurs, les points forts et faiblesses de chacun de ces deux mondes. N’oublions pas que le conscient ne doit en aucun cas dévalorisé, car en étant bien ancré dans le monde conventionnel, il apporte un sens de l’ordre et de la prédictibilité des choses. Et si vous pensez que vous avez une carte efficace pour faire ce que vous avez à faire, utilisez là. Je sais cependant que vous rencontrerez dans la journée des moments au cours desquels vous ne saurez pas comment faire avec vos façons habituelles de faire. Ce sera le moment d’utiliser la transe, en prenant du recul, en trouvant une connexion somatique de sécurité permettant de pouvoir lâcher vos cartes inopérantes, en définissant une intention claire de votre attente, puis en laissant cette intention vous guider dans ce grand océan au nombre infini et illimité de cartes.

Les différents niveaux d'intelligence : cognitive, somatique et du champ

Le fait d’entrer en transe  ne nous rend pas nécessairement service. Car il existe des transes positives ou négatives, en fait surtout des transes utiles ou pas. Une transe générative est une transe positive qui possède un potentiel créatif. Il ne s’agit pas seulement d’entrer en transe et d’attendre de voir ce qui se passe, mais de rentrer en transe tout en ayant un conscient suffisamment présent pour pouvoir nous soutenir. Nous devons donc apprendre à changer notre manière de percevoir et utiliser le conscient. Dans la plupart de nos expériences, le conscient est utilisé de façon désincarnée afin d'être en mesure de contrôler ce qui se passe dans la situation. Le conscient prend alors le dessus sur l'inconscient. Le conscient est organisé pour trier les choses en termes de problèmes plutôt qu'en termes de solutions. L’intelligence analytique fonctionne avant tout pour corriger les erreurs. Pour mener ce travail conscient, le corps a tendance à se contracter et les muscles à se raidir. Dans la transe générative, nous cherchons plutôt à obtenir un conscient incarné, qui repose à l’intérieur du corps. Maintenant, qu’est-ce qu’un conscient incarné ? C’est simplement la capacité à réfléchir de façon détendue et centrée. Si vous observez le modèle éricksonien de ce qu’est le conscient, vous pourrez constater qu’il ne consiste pas à rechercher ce qui ne va pas, mais à rechercher ce qui va bien. Et vous saurez que vous avez trouvé ce qui va bien par la résonnance avec vous même qui apparait. Dès que vous vous rapprochez de la réalisation de votre intention, la résonnance s’accroit et se manifeste par la connexion avec votre corps et par la sensation de résonnance avec votre interlocuteur. Un "champ esthétique"commence à s’ouvrir, comme si vous aviez une riche conversation avec un ami, ou comme si vous étiez en train de faire de la musique en ressentant que vous êtes dans le groove.

Quand une résonnance commence à s’ouvrir, c’est que le conscient s’oriente vers les solutions. Et quand ce conscient regarde dans la grande vacuité de l’inconscient, il y voit de nombreuses possibilités. Il est important de se rappeler qu’il n’y a pas un inconscient mais une infinité d’inconscients. Freud est allé regarder dans l’inconscient et qu’a-t-il vu ? Sexe, meurtre, noirceur…etc. Jung y a jeté un œil et y a trouvé quelque chose de différent. Erickson est aussi allé y regarder et y a trouvé quelque chose de très différent. Que voyez-vous quand vous regardez dans votre inconscient ? Commencez à réaliser que ce que vous y voyez est votre propre reflet, vos propres filtres. Il est bon de savoir qu’il est possible d'apprendre à changer ses propres filtres. Voir vos propres filtres permet de les modifier pour vous voir dans votre inconscient, vivre la vie que vous souhaitez vivre par-dessus tout. Et que la dernière personne que vous souhaitiez voir c’est vous.

Le niveau génératif de la transe

Comment définir les caractéristiques du niveau génératif de la transe ? La première caractéristique est celle de l'ouverture d’un champ subtil de non dualité. Cette notion de champ subtil est quelque chose que vous allez retrouver dans de nombreuses formes de langages. Je vais pour ma part utiliser le mot de résonnance pour parler de ce champ subtil. Un champ esthétique est un champ subtil. Par exemple, une partie du plaisir que vous prenez à lire un livre est dû à l’ouverture d’un champ subtil, ce qu’on appelle aussi la perception ressentie ou l’expérience du flow. Voici différentes manières de décrire le champ subtil.

Le mois dernier en Californie j’ai présenté l’évolution de la psychothérapie à 7500 personnes, et en écoutant toutes ces personnes, le thème central dont tous parlaient était celui de cette connexion cerveau-corps-esprit, et l’un des termes utilisés pour décrire cela était la pleine conscience (mindfullness). Qu’est-ce que la pleine conscience ? Une de ses caractéristiques essentielles est d’être un champ subtil, la perception d’un champ subtil.

Le niveau génératif qui s’ouvre autour de vous dans la transe, par rapport à celui de la réalité classique, est celui d’un "champ quantique". Quand vous êtes physiquement centré, le champ subtil de votre corps s’ouvre tout autour de vous. Ce champ subtil va devenir l’espace au sein duquel les expressions de votre corps physique peuvent être portées. sans oublier de considérer que votre identité (ce à quoi vous vous êtes identifié) ne se trouve pas dans votre corps physique, mais dans votre corps subtil. Ce qui permet à votre corps physique de se détendre et de se déplacer pour passer dans de nouveaux états. Si vous avez la croyance que votre identité est uniquement "déposée" dans votre corps physique (le siège des états et des vécus internes), votre corps aura bien du mal à changer et se transformer, car il va chercher à s’accrocher désespérément à une identité dont la perte est synonyme de profonde déstabilisation. Mais si vous considérez que votre identité se trouve dans votre corps subtil, il est plus aisé d’accepter que votre corps physique passe par les différents changements dont il a besoin. Voici un point essentiel que nous cherchons à obtenir: faire passer votre identification du corps physique à votre corps subtil, un espace beaucoup plus large et profond qui assure la sécurité et la liberté de votre corps physique. Et il en est de même avec votre intelligence cognitive.

Le niveau classique de votre intelligence pourrait être représenté par l’ensemble de vos pensées et croyances, vos stratégies de réflexion. Si vous vous êtes identifié à vos modes de pensée ou vos croyances, vous allez vite vous retrouver verrouillé ou bloqué dans ces croyances. En passant au niveau subtil de votre intelligence, vous vous retrouvez dans une intelligence capable de porter et contenir toutes vos différentes croyances, par exemple comme si elles étaient une boule d’énergie. Vos croyances vont trouver ainsi leur place. Vous serez avec vos croyances mais vous ne serez plus identifié à vos croyances. Et quand le moment est venu de les réorganiser, le niveau subtil de votre intelligence sera le bon espace à partir duquel une réorganisation peut se faire.

stephen-Gilligan-Institut-repereExtraits d’une formation « l’art de l’hypnose éricksonienne » avec Stephen Gilligan en novembre 2015 chez Institut Repère. Transcriptions et adaptations par Jean Luc Monsempès.

 

Les  formations de Stephen Gilligan en France et chez Institut Repère

L'art de l'hypnose éricksoniennne

Le coaching génératif, avec Robert Dilts