generic pharmacy online Imovane 7.5mg Buy Lyrica online
Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation

La quatrième position de perception de la PNL

Par Robert Dilts

images me you usLa « quatrième position » est une position perceptuelle qui implique le fait d’être associé à l’ensemble du système ou « champ » lié à une interaction particulière. Cela comporte le fait de ressentir la situation en prenant en compte l’intérêt de l’ensemble du système. La quatrième position perceptuelle est une position « nous ». Elle est caractérisée par l’utilisation de la première personne du pluriel « nous sommes », « nous autres », etc. La quatrième position est une composante essentielle de la sagesse et de l’écologie. Bien qu'absente du groupe initial des positions de perception (première position - soi, seconde position - autre, troisième position - observateur), la quatrième position est également fondamentale. C’est une perception essentielle à l'exercice d'un leadership authentique et pour le développement d'un esprit d’équipe. Comme le terme l’implique, la quatrième position présuppose et englobe les trois autres positions perceptuelles. Les gens qui ne peuvent accéder à une quatrième position ont des difficultés à se percevoir comme membre d’un groupe ou d’une communauté.

Le sentiment d’être le membre d’un groupe

L’expérience de la quatrième position perceptuelle émerge de la découverte des facteurs et caractéristiques communes qui relient et connectent les membres d’un groupe ou d’un système à un niveau profond. C’est la fondation du « groupmind » ou de l’esprit d’équipe. La quatrième position perceptuelle doit toutefois être distinguée du simple consensus. Le consensus est avant tout un accord entre des individus. La quatrième position émerge d’une perception de « similitude » et d’identification à l’ensemble des membres du groupe. Cela présuppose également que l’on a déjà pris l’ensemble des trois premières positions perceptuelles.

Les relations entre les quatre positions peuvent être imaginées comme le sommet d’une pyramide dont la base est constituée des trois positions perceptuelles de base. Les fondations de la pyramide sont constituées des trois positions perceptuelles primaires - soi, autre et observateur. La quatrième position, ou position du système, est la crête de la pyramide, qui englobe et ajoute de la profondeur aux trois autres.

Pyramide nous PNL dilts

Dans des systèmes fonctionnels, chaque membre a la capacité de faire l’expérience de la perspective de la quatrième position. Cette capacité a atteindre cette perspective facilite grandement le management des équipes et constitue une capacité clé du leadership visionnaire. Les leaders efficaces sont capables de s’identifier avec l’ensemble du système qu’ils influencent.

La quatrième position est également une position clé pour la modélisation. La quatrième position perceptuelle peut être particulièrement importante lorsque nous explorons une autre culture, particulièrement celle où le sens de l’individu est bien moins important que le sens de la communauté. A Bali, par exemple, les castes sociales ne possèdent que quatre noms pour ses membres. « Premier né », « deuxième né », « troisième né » et « quatrième né ». Si une famille a plus de quatre enfants, le nom du cinquième commencera à nouveau par « premier né ». Le nom est donc le reflet du groupe d’appartenance ou de la caste et pas de l’individu. Ils sont organisés par l’idée de la communauté plutôt que par la perception de l’individu.

Une historique de la quatrième position de la PNL

La première utilisation explicite de la “quatrième position de perception” dans les techniques PNL était avec le processus du Méta Miroir (Dilts, 1988, 1990, 1992), développé par Robert Dilts comme résultat du travail réalisé avec John Grinder en 1988 sur les séries de syntaxes somatiques. Le processus consistait à obtenir une position qui à la fois englobait et réfléchissait les premières, secondes, et troisièmes positions, dans le but de résoudre des problèmes issus de jugements à partir de la troisième position.

En 1989, le concept de «la quatrième position» a été élargi pour devenir une «position de système», ou ce qui a été souvent désigné comme une «position de l'entreprise» dans la Carte Meta pour le Leadership (Dilts, 1989, 1998), suite au travail de modélisation de R.Dilts des compétences et des stratégies des leaders efficaces. Cette position était caractérisée par le mot «nous» et impliquait l’identification à l'équipe, un groupe ou un système que l’on guide, en créant "une vision mentale du système" et "prenant en compte l'intérêt supérieur de l'ensemble du système". C’est à cette époque que la quatrième position a commencé à devenir une position référencée comme celle du «nous».

Le dictionnaire Webster définit l'utilisation du terme «nous» comme se référant à "un groupe qui est consciemment ressenti comme tel par ses membres". Dans son ouvrage classique sur la dynamique de groupe, Kurt Lewin (1939) évoque le sentiment de cohésion (le sentiment de «nous-ness») comme l'une des propriétés de base de tout groupe. Lorsque la cohésion est élevée, les membres sont motivés à participer aux activités du groupe et d'aider le groupe à atteindre ses buts et objectifs. Une telle expérience fournit aux membres du groupe un sentiment de sécurité et d'identité, et un sentiment de valeur personnelle, ou selon les mots de Lewin, «le terrain sur lequel se trouve la personne». Le degré de cohésion par un groupe est généralement fonction du degré de chevauchement des intérêts et des valeurs des membres du groupe, et du degré de communication et de «rapport» qu'ils sont capables de réaliser entre eux.

Le concept PNL de rapport nous renvoie aux années 1976. La création du rapport est habituellement définie comme l’établissement de la confiance, de l’harmonie et la coopération dans la relation. "Compréhension mutuelle harmonieuse", "accord", être "en phase" et "en accord", sont quelques-uns des mots utilisés pour décrire le processus ou l'état d'être en rapport avec une autre personne. Le processus consistant à être corporellement en miroir pour créer le rapport est l'une des techniques PNL les plus anciens et les plus connues (bien que la mise en miroir ne soit pas une garantie de la création de l'état de rapport, car une personne peut encore rester facilement dans sa propre "première position" et ne pas entrer nécessairement dans l'expérience «nous»).

Cette notion PNL de rapport vient du travail de Milton Erickson. En tant qu’ hypnothérapeute il créait et se mettait lui-même dans un état particulier de rapport qu’il appelait une « transe thérapeutique ». En 1978, un étudiant avait remarqué que lorsqu’il était en train de guider un client dans un état de transe, Erickson présentait lui aussi les caractéristiques de la transe, avec le signe de dilatation des pupilles, le changement de tonus musculaire et la respiration. Lorsqu'on lui demandait s’il entrait en transe en hypnotisant ses clients, la réponse d’Erickson était " invariablement." A partir de cette réponse, l'étudiant demandait, "qui hypnotise qui dans ce cas ?"  Encore une fois Erickson a répondu «invariablement», ce qui suggère que l'état de rapport est une boucle d'influence mutuelle et d'interaction dans laquelle chaque élément influence et est influencé par les autres éléments.

L’utilisation de la psycho-géographie (l’utilisation de la place dans l’espace par rapport à un interlocuteur) joue également un rôle important pour favoriser la perception du « nous ». Il est facile de démontrer que le fait de changer la psycho-géographie au cours d’une communication va avoir un impact important sur la perception de la relation. Etre face à face par exemple, tend à focaliser l’attention sur la perception du « je » et « tu ». Etre assis côte à côte favorise la perception du partenariat dans un cadre de travail « nous ».

Les utilisations de la quatrième position de perception de la PNL

La première utilisation du terme «nous» en tant qu’élément évident d'une technique PNL était dans la Stratégie de Composition (Dilts & Grinder, 1982) d'un format d’écriture créative. Le «nous» est la quatrième des positions narratives utilisées pour stimuler les idées lors de l'écriture, avec «je», «vous», «elle,« il »et« ils ».

L'utilisation des notions de tri spatial et de psychogéographie (les effets psychologiques de l'emplacement physique) en PNL (Dilts, 1987, 1990), et des positions perceptuelles, a apporté de nouveaux développements aux positions perceptuelles de la PNL, du rapport et de l'expérience du "nous". Nous pourrions facilement démontrer comment une modification de sa «psychogéographie» au cours d’une communication avec une autre personne, peut changer la perception de la relation de façon radicale. Par exemple, debout ou assis en face-à-face, tend à concentrer l'attention fortement sur la perception du «je» et «vous». Se tenir l’un à côté de l’autre favorise l'expérience d’agir en tant que partenaires dans un cadre du «nous».

psychogeographie positions

L'utilisation de la psychogéographie pour créer l'expérience d’alignement avec une autre personne, le partage de la perception des partenaires et un mode de fonctionnement comme une unité «nous», sont des étapes explicites à la fois du Méta Miroir et de la Méta Carte Meta dans les processus de leadership.

Le processus de Co-alignement des niveaux logique (Dilts, 1992), a été conçu pour créer un sentiment de «nous» entre les individus d’un groupe, en trouvant des points communs à de multiples niveaux d'expérience. Le processus met l’accent principalement sur les chevauchements possibles entre croyances, valeurs, sentiment d'identité et perceptions «spirituelles» (définies comme "l'expérience de faire partie d'un système plus large, qui va au-delà de nous en tant qu'individus, et qui concerne notre famille, la communauté et le système mondial, le sentiment de quelque chose qui va au-delà de notre propre image de nous-mêmes, de nos valeurs, nos croyances, pensées, actions ou sensations, par exemple, qui et quoi d'autre dans les systèmes plus vastes dont nous faisons partie").

Le processus de guérison spirituelle, développé par Dilts et McDonald pour le programme de formation « Tools for spirits » (proposé pour la première fois en 1992), incorporait un état de "plénitude spirituelle" comme élément supplémentaire à la «quatrième position." La "Plénitude spirituelle" était définie comme "le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand que soi" (Dilts & McDonald, 1997). Cette quatrième position a été utilisée pour élargir «spirituellement les premières, secondes et troisièmes positions. Amener l'influence de cette quatrième place à nouveau en première position crée le sentiment que les autres sont une «extension » de soi-même. Amener cette influence en deuxième position crée l'expérience d'être « un avec » l'autre. Lier cette quatrième position à la troisième position crée l’expérience que l'interaction ayant lieu entre les première et deuxième positions est une "partie de », un système beaucoup plus vaste.

L'expérience du sens de la quatrième position et du «nous» a également été améliorée par le développement de la Syntaxe Somatique (Dilts et DeLozier, 1993, 1996).

La notion de champ relationnel de Stephen Gilligan, introduite dans la PNL à travers la série d'ateliers « Amour dans le visage de la violence » (menée avec Robert Dilts) a mis encore plus l'accent sur l'expérience de «nous».

Une autre perspective en rapport avec la notion de PNL de quatrième position est celle suggérées par Peter Wrycza et Jan Ardui (1994) qui la lient à « la conscience qui témoigne de ce qui englobe et de ce qui est derrière toute position », et aussi par Robert McDonald (1998), qui associe les positions perceptuelles aux différents «niveaux de conscience», faisant valoir que la quatrième position n’est pas réellement une "position", mais résulte des interactions entre les autres positions.

Bien sûr, le point crucial, selon la perspective PNL, ne se trouve pas dans la seule définition ou description de la quatrième position ou d’une «position-nous" (la carte n’est pas le territoire après tout), mais plutôt dans le processus par lequel les individus peuvent être conduits à vivre l'expérience à laquelle nous nous référons.

L’exercice suivant a été conçu pour vous faire ressentir l’expérience d’une quatrième position, ou d’une perception « nous » émergeant du partage ressenti de la similarité. Ce processus utilise des ancrages spatiaux, la psycho-géographie et la syntaxe somatique (la capacité d’exprimer un processus au travers des mouvements du corps):

Exercice : création d’un espace  « nous » de ressources partagées

Le processus suivant de 'PNL Générative» a d'abord été conçu par Robert Dilts (GTC, Londres, 1998). D'autres améliorations ont été ajoutées par lui et Robert McDonald pour les formations Groupe Mind et Team Spirit. Le but de ce processus est de partager et d'améliorer l'expérience des états de ressources en les explorant à partir de différentes positions perceptuelles. Le procédé produit l'expérience de la quatrième position au travers de la co-création du "ressenti physique de similitude" entre les participants, qui dérive de l’expérience d'être dans les trois autres positions perceptuelles. Le processus intègre les principes de tri spatial, de psychogéographie et de Syntaxe Somatique.

Dans un groupe commencez par sous-groupe de deux personnes :

  1. Identifiez chacun une expérience ressource. Associez-vous en première position (en voyant au travers de vos yeux, ressentant vos sensations et réentendant le monde autour de vous). Laissez émerger un mouvement accompagnant ou exprimant cet état ressource.
  2. Face à votre partenaire, montrez lui le mouvement qui a émergé puis observez le, alors qu’il vous démontre le sien. Depuis votre perspective personnelle (1ère position) imitez le mouvement de votre partenaire.
  3. Changez de place et « prenez la place de votre partenaire » (allez en deuxième position). Reproduisez les mouvements de votre partenaire « comme si » vous étiez cette personne. Remarquez en quoi l’expérience est différente de la première fois.
  4. Sortez de vos positions respectives pour vous retrouver côte à côte, en dehors de la ligne d’interaction, en position d’observateur (troisième position). Explorez les similarités et différences entre vos mouvements et ceux de votre partenaire.
  5. Retournez à votre première position, mais tournez-vous de telle manière que vous et votre partenaire vous retrouviez côte à côte. Commencez à reproduire votre mouvement initial en même temps que votre partenaire démarre le sien. Ensemble, introduisez de petits changements de manière incrémentale jusqu’à ce que la frontière disparaisse et que vous fusionniez vos deux états et mouvements ressources en une quatrième position qui représente une intégration de vos deux personnes.
  6. Par deux, trouvez une paire de participants et reproduisez ce processus en utilisant cette fois-ci le mouvement que vous avez élaboré à deux. Puis répétez ce processus par groupe de 4, etc jusqu’à trouver un mouvement pour l’ensemble du groupe

Une autre variante de ce processus dans un groupe (par exemple sept personnes) serait que chaque personne du groupe fasse son propre mouvement ressource, un à la fois. Alors que cette personne fait son mouvement, le reste du groupe passe en "deuxième position" adoptant eux-mêmes le mouvement. Lorsque tous les membres du groupe ont montré leurs mouvements, les membres du groupe commencent à faire d'abord individuellement leurs mouvements, puis les modifiant progressivement pour les fondre dans le mouvement d’une «ressource de groupe».

Ce processus démontre les aspects génératifs des positions perceptuelles (et en particulier la quatrième position), respectant la notion de Bateson sur les adjectifs caractérologiques et la création d'un «plus grand esprit» comme fonction des interactions entre deux ou plusieurs autres personnes. Bateson donne l'exemple du chien et du gibbon qui pour jouer, créent des activités qui ne sont ni exclusivement liées aux comportements du "chien" ou aux "comportements de gibbon", mais à des comportements "gibbon-chien". La quatrième position «chien-gibbon" émerge naturellement de leur interaction. Ainsi, une telle quatrième position, est selon les termes de Bateson, "immanente" dans l'interaction entre le chien et le gibbon, plutôt que d'être une sorte de prise de conscience «transcendante».

Traduction de Jean Luc Monsempès

Sources : la version originale de cet article "Fourth position" ainsi que toute information sur Robert Dilts peuvent être trouvées sur http://www.nlpu.com/

RDilts08Robert DILTS est depuis les années 1975 un des principaux chercheurs et développeur de la programmation neuro-linguistique (PNL) et de ses applications aux domaines de la santé, de l’éducation et des affaires. Robert Dilts est un écrivain, coach, consultant et chercheur de renommée internationale. Ses techniques sur les stratégies, les systèmes de croyance, la PNL "systémique", le Ré-imprinting, l’Intégration des croyances en conflit, "Sleight of Mouth Patterns", et son modèle des niveaux logiques, ont connu une large diffusion. Ses derniers travaux sur la PNL de 3ème génération concernent la communication, l’apprentissage et le changement aux niveaux de l’identité, de la mission et de la vision. Les applications en sont génératives et systémiques et s’adressent autant à la croissance des individus que des organisations.

Références

Field Theory in Social Science; Lewin, K., 1951.
Steps to an Ecology of Mind; Bateson, G., 1972.
Applications of NLP; Dilts, R., 1992.
Turtles All the Way Down; DeLozier, J. and Grinder, J., 1987.
Changing Belief Systems With NLP; Dilts, R., 1990.
Cognitive Patterns of Jesus of Nazareth; Dilts, R., 1992.
Perceptual Positions Revisited; Wrycza, P. and Ardui, J., NLP World, Vol. 1, No.2, 1994.
Tools of the Spirit; Dilts, R. and McDonald, R., 1997.
Courage to Love; Gilligan, S., 1997.
An Interview With Robert McDonald; Anchor Point, Vol. 12, No. 2, 1998.