Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation

Echecs,feedbacks et apprentissages (4/6)

Jean-Luc Monsempès

Jean-Luc-Monsempes-InstitutL'apprentissage se fait par une suite d’essais et d’erreurs, car nous n’apprenons pas d’un seul coup. Souvenez-vous de votre apprentissage de la marche ou de la conduite d’une voiture ! L'apprenant teste son environnement et lit ce que l'environnement lui envoie comme réponse, ce qui crée la boucle de feed-back. Il n'y a donc pas de développement de compétences sans feedbacks. Quelques citations pour illustrer le propos : « L’apprentissage du vivre ne serait-il pas constitué d’une suite d’échecs ?» Johane HARELLE ; « Une critique honnête est difficile à entendre, surtout de la part d’un parent, d’un ami, d’une connaissance,ou d’un inconnu » Franklin P. JONES

 

 Le rôle du feed-back dans le processus d’apprentissage d’une compétence.

Chaque boucle d'apprentissage  permet à l'apprenant de faire un nouvel essai plus approprié, car il est conscient de la  éponse de l'environnement aux essais précédents et peut donc ajuster ses essais les uns après les autres.Cette boucle de feed-back va servir dans l'apprentissage de toute discipline procédant par essais et erreurs,  que ce soit l'apprentissage d'une langue, de la PNL, d’une technique de management, du coaching, ou de n ‘importe quel sport. Dans un apprentissage en groupe, c'est le formateur ou les membres d’une équipe pédagogique qui constituent l'environnement. Le formateur observe l'apprenant pendant que celui-ci teste son environnement et lui fournit le feed-back sélectif qui lui permet de se rapprocher de son objectif d’apprentissage. Le formateur et l'apprenant sont donc liés dans une double boucle de feed-back.

Les effets du feed-back sur l’apprentissage

Les deux catégories de feed-back, positifs et négatifs, au sens ou nous l’avons définit plus haut, sont nécessaires au développement efficace de tout système vivant et à tout processus d’apprentissage. Selon Robert DILTS (1), de nombreuses études concluent aux effets indispensables du feed-back sur l’apprentissage :

- Le feed-back est la compétence-clé de tout expert en apprentissage.
- Il n’y a pas d’acquisition de compétences sans feed-back.
- Les gains progressifs surviennent en présence de feed-back pertinents.
- La performance est interrompue quand il n’y a plus de feed-back pertinents.
- Plus la fréquence de feed-back est importante, meilleur est l’apprentissage.

Le but du feed-back est de guider une personne (ou un groupe) vers un état désiré, en indiquant à quelle distance elle se trouve de ses buts. Le feed-back s’assure de l’efficacité de l’apprentissage et en mesure les progrès. Dans un contexte d’apprentissage, les feed-back vont dans les deux sens : du formateur vers l’apprenant et de l’apprenant vers le formateur.

- Les apprenants ont besoin des feed-back des formateurs pour confirmer l’amélioration des compétences attendues.
- Le formateur a besoin des feed-back des apprenants pour savoir leur niveau de compréhension du contenu enseigné et des instructions concernant les exercices.

Le feed-back comme stratégie d’apprentissage

Le feed-back peut concerner différents aspects ou niveaux de l’expérience d’apprentissage :

- l’efficacité des actions mises en oeuvre par une personne.
- le processus d’apprentissage utilisé et proposé par le formateur. Le feed-back est facilité par l’échange et  la discussion.
- la stratégie d’apprentissage de la personne. Le feed-back est facilité par le développement d’une plus grande conscience du sujet (ou métacognition) sur ses propres processus de pensée.

Si vous considérez le feed-back comme un des outils indispensables d’une stratégie d’apprentissage, il est important de prévoir, en tant que formateur, un moment particulier et des processus pour recueillir des feedback des participants.

Les stratégies efficaces de feed-back impliquent de définir les points suivants :

- La source de feed-back : les apprenants, les pairs, le formateur, l’organisateur de la formation.
- Le type de feed-back : un feedback négatif indique qu’un but n’a pas été atteint alors qu’un feed-back positif indique quoi faire de plus.
- Le moment et la fréquence du feed-back : quelle fréquence de feed-back et à quel moment ? Immédiatement, pendant, après ou à distance de l’apprentissage ?
- Le ciblage du feed-back : le résultat de l’apprentissage, le processus d’apprentissage, ou la personne qui est en train d'apprendre ?

La nature du feed-back et le cycle d’apprentissage

Il est important de savoir faire le lien entre l’objectif du feed-back et la phase du cycle d’apprentissage pour appliquer des moyens appropriés.

- Etape d’Incompétence Inconsciente ou Consciente : l’objectif est de renforcer les croyances positives de l’apprenant sur ses capacités. Les feed-back portent sur sa performance lors des activités de découverte.
- Etape de développement de la Compétence Consciente : l’objectif est de développer la conscience de l’apprenant et de confirmer l’atteinte de ses objectifs d’apprentissage. Les feed-back portent sur des exercices pratique sur l’utilisation de cartes mentales spécifiques.

- Etape de Compétence Consciente et Inconsciente : l’objectif est d’améliorer la qualité de la performance et d’installer des croyances sur le lien entre les actions menées et les objectifs  d’apprentissage. Les feed-back portent sur l’analyse des résultats des actions.

figure_1_quatrieme_partie

Le cycle d’acquisition des compétences d'après R.DILTS

Le cycle d’acquisition des compétences d'après R.Dilts

Le niveau suivant est celui du Méta Conscient Compétent : l’objectif est la prise de conscience de ses propres mécanismes d’apprentissage afin de pouvoir se donner un feed-back sur son propre TOTE : quel était mon objectif, qu’est ce que je viens de réaliser par rapport mon objectif, qu’est-ce que j’ai mis en oeuvre pour atteindre mon objectif, et qu’est-ce que je pourrais faire la prochaine fois pour faire encore mieux. Cela demande d’être en même temps acteur/ associé et spectateur/dissocié de l’action en cours. L’avantage est de pouvoir m’adresser moi-même des feed-back efficace, sans avoir à dépendre de ceux des autres. C’est une compétence clé du formateur et c’est également une capacité dont le développement est encouragé dans les groupes de formation en programmation neuro-linguistique ou PNL.

Le niveau logique de destination du feed-back

Les feed-backs peuvent concerner et viser consciemment ou non tous les niveaux d’expérience de la personne. D’autre part le feed-back destiné à un niveau peut-être reçus à d’autres niveaux de logique et d’expérience, et des confusions de niveau peuvent apparaître (Distorsions de niveau). Les problèmes surviennent fréquemment quand un feed-back destiné au niveau des comportements est reçu au niveau de l’identité et surtout quand le feed-back est perçu négativement.

figure_2_quatrieme_partie

Un étudiant qui n’obtient pas la note qu’il souhaitait peut penser « j’ai eu une mauvaise note, je suis nul » ou à l’inverse « j’ai eu une mauvaise note et cela signifie que je dois travailler autrement ». Il est donc utile de s’assurer que le feed-back reste bien à son niveau de destination et qu’il ne remet pas en cause le niveau de l’identité. Une grande vigilance est donc nécessaire lorsqu’on donne un feed-back au niveau de l’identité.  Un feed-back adressé au niveau de l’identité , par exemple « Tu es agressif » justifie une demande de précision de la part du receveur « Agressif en quoi ? , quels comportements sont jugés agressifs ? »

L’Analyse Transactionnelle apporte un éclairage intéressant sur ce sujet avec les catégories de signes de reconnaissance (ou strokes) qui sont la nourriture des échanges humains. Le terme de stroke désigne à la fois une caresse psychologique ou un coup adressé à l’autre.

On distingue d’une part le niveau psychologique auquel le stroke est destiné (niveau conditionnel du comportement ou inconditionnel de l’identité) et d’autre part la fonction du stroke (positif, négatif ou faussement positif / manipulatoire ). Le terme inconditionnel se réfère à une généralisation et à de  multiples contextes, et présuppose une stabilité du qualificatif utilisé. Le terme de conditionnel signifie que le stroke est plus spécifique et soumis à des variables de situation.

Signe de reconnaissancePositifNégatifFaussement positif
Inconditionnel (Niveau de l'être) Tu es génial Tu es agressif Avec ton sourire, tu vas réussir tout ce que tu veux
Conditionnel (Niveau du faire) Bravo pour les conclusions de ton rapport Votre travail est nul Tu as fait un bon rapport pour une fois

Les strokes inconditionnels positifs ont une dimension motivationnelle indéniable mais sont peu informatifs.
Les strokes inconditionnels négatifs sont démotivants et sont souvent l’amorce de conflits.
Les strokes conditionnels positifs sont utiles par leur spécificité.
Les strokes conditionnels négatifs sont spécifiques mais n’encouragent pas le changement. Pour adresser ce type de stroke de manière constructive, le modèle du DESC décrit plus loin est fort utile.

Les dimensions informationnelles et motivationnelles du feed-back

Le feed-back apporte une information quand il contient des données spécifiques en rapport avec la tâche à réaliser, la direction des actions réalisées, ou le degré de changement obtenu avec le résultat. Le dresseur de marsouins donne par exemple un coup de sifflet qui informe qu’il y a un comportement à respecter.

Le feed-back apporte une motivation quand l’information ou la tâche est riche de signification. C’est par exemple quand le dresseur renforce et récompense la répétition d’un comportement particulier du marsouin en lui donnant du poisson.

Un feed-back peut-être riche en information et pauvre en motivation. La personne qui reçoit la liste complète de son bilan sanguin ( information) à besoin de donner une signification (motivation) en essayant d’avoir des réponses aux questions « Est-ce grave ou non ? »
Un feed-back peut avoir un fort impact en motivation et être pauvre en information. Une personne qui reçoit une récompense (louanges ou argent) sans savoir ce qu’il a fait pour obtenir cette récompense ne sait pas ce qu’il doit répéter ou améliorer et demandera « Qu’est-ce que j’ai fait ? » « Pourquoi cela ? »

Un feed-back efficace doit donc contenir des informations et de la signification. Quand un participant dit à son formateur « Merci pour la réponse claire et précise à ma question », le merci est du poisson et la clarté  de la réponse est le sifflet.

La signification provient en général d’un niveau de logique différent et plus élevé que celui de l’information.
Les deux dimensions du feed-back peuvent être associées dans une relation de cause à effet ou d’équivalence complexe. Par exemple :
- « Vos objectifs sont atteints (information), vous êtes un bon professionnel (signification/identité) »
- « Il est important (signification/valeurs) de respecter les étapes suivantes du protocole (information).

Les feed-back positifs ou négatifs ont tous deux une dimension informationnelle et motivationnelle.
Les éléments contextuels (culture) vont déterminer la signification et l’écologie d’un feed-back.

A suivre …..

Sources : Robert DILTS et Judith DELOZIER- Encyclopedia of Systemic Neuro-Linguistic Programming and NLP New Coding. -NLP University Press Scotts Valley 2000.