Préparer ou perfectionner aux métiers de l’accompagnement, du conseil et de la formation

lexique-pnl-lettre-iLexique PNL - Lettre "i"

Identité

Processus lié à la perception de qui nous sommes, ce que l’on pense être. L’identité est donc un concept de soi, Selon le modèle des niveaux neurologiques de Robert Dilts, expert pnl, l’identité est un niveau d’expérience qui se distingue de celui des croyances, capacités, comportements et de l’influence de l’environnement. Le « je suis » fait référence au « je » de l’ego, un « je » idéalisé ou social qui détermine notre ambition (la vie que vous voulez réaliser pour vous-même) et votre rôle (le type de personne que vous avez  besoin d’être pour créer la vie que vous souhaitez et être accepté par votre culture, votre société, votre famille). Le « Je » fait également référence à une identité « profonde » ou « essentielle », notre être unique, notre « essence », notre « âme » qui détermine notre vision (ce que nous souhaitons créer dans le monde, ou ce que nous souhaitons lui apporter) et notre mission (notre talent unique, notre contribution spécifique pour que notre vision se réalise). Cette dernière identité représente ce qui a toujours été présent, bien avant le développement de l’ego.
L’identité est un processus lié à un niveau d’expérience stable et qui intervient dans de nombreux contextes. Notre identité organise nos croyances, nos capacités et nos comportements en un système unique. L’identité est un processus en rapport avec la structure profonde, un « état potentiel latent » capable de compléter suffisamment de liens manquants (Les omissions, généralisations, distorsions) à propos d’une expérience. Un état potentiel capable de transcender l’ensemble de nos contradictions.
 

Idéomoteur

Signaux non verbaux obtenus sous hypnose et qui permettent un dialogue non verbal avec l’inconscient (gestes, tics)
 

Index de référence

Modèle du monde et l’ensemble des critères auquel l’individu se réfère pendant l’interaction en cours.
 

Impasse

Ce qui empêche d’avancer et de réaliser un changement. L’impasse est associée au sentiment d’être bloqué et de ne plus pouvoir avancer dans le futur. L’impasse est une forte expression du symptôme. objectif. Ce processus permet de savoir où une impasse ou une forte résistance va apparaître et s’opposer à l’installation de la nouvelle croyance.

Imperatif Self

Modèle de personnalité crée par Leslie Cameron-Bandler, David Gordon et Michael Lebeau dans les années 80. Pour découvrir l’Impératif self d’un sujet (ou l’Orientation fondamentale du soi) on cherche à mettre en évidence la structure profonde d’une personnalité, à partir du travail sur les paramètres suivants : le « Filtre perceptuel » qui oriente et sélectionne les informations que le sujet est en mesure de recueillir ; la « Question virtuelle » qui représente les croyances fondamentales du sujet, et les « Obsessions » qui représentent le condensé de ses valeurs fondamentales.
 

Inconscient

Au sens PNL, c’est l’ensemble des caractéristiques internes ou externes d’un événement non présentes dans le champ de la conscience d’un sujet à un instant T.

Inférence

Terme issu de la sémantique générale qui désigne les décisions prises sur la signification de nos observations sensorielles.

Intention positive

Un des présupposés de la PNL selon lequel « tout comportement poursuit ou a poursuivit, à un certain niveau et à un certain moment, une intention positive ». Les objections et les résistances ont ainsi des intentions positives sous jacentes. Par exemple l’intention positive de l’affirmation « Ce n’est pas possible de changer » peut être la peur du « faux espoir » ou la prévention d’un effort non récompensé.
Ce principe est l’un des plus importants pour gérer les changements. Des comportements inadaptés, souvent développés dans l’enfance, cherchent généralement à réaliser quelque chose d’important pour nous (l’intention positive), mais avec des moyens souvent dépassés et qui produisent l’effet inverse. Le principe de l’intention positive implique que pour changer une résistance ou une croyance limitante, les problèmes ou buts positifs sous jacents doivent être reconnus et abordés. Par exemple la peur du « succès » peut avoir pour intention positive le sentiment d’être incapable de gérer l’impact social de ce succès.
Le principe de l’intention positive est issu d’un autre principe, celui que les individus font de leur mieux, compte tenu des moyens dont ils disposent. Dans le processus de recadrage en 6 étapes, on aide le sujet à élargir la carte de la situation et à percevoir de nouveaux choix et options pour satisfaire l’intention positive.